Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/03/2010

La Joconde

 

LEONARD DE VINCI - LA JOCONDE :

Le double-manque ou l'attrait de la Renaissance

La Joconde, œuvre majeure de Léonard de Vinci, nous invite à une méditation individuelle et collective :Mona_Lisa-La-Joconde.jpg


  • Pourquoi suscite-t-elle une aussi grande fascination ?

  • Sommes-nous sensibles à son sourire ?

  • Nous sentons-nous concernés par son regard ?

Que voyons-nous ?

Une jeune-femme, dans une loggia ouverte sur un paysage de lac montagneux.

Son buste nous fait face, légèrement tourné vers notre gauche.

Dans cette nature archaïque, on devine la trace de l'homme, une route, un pont.

Le tout baigne dans une lumière subtile.

Ce qui nous frappe, c'est sa présence. Ce qui nous trouble, c'est son ambivalence. Est-elle sereine ou triste, aimante ou détachée, femme ou mère ?

Au-dessus de son large front, un voile imperceptible couvre ses cheveux. Ses paupières lourdes et son regard profond dominent l'horizon. Un décolleté prodigue laisse entrevoir des seins gonflés. Ses bras repliés s'accoudent à la balustrade.

Est-elle issue des vierges du Moyen-âge ou incarne-t-elle une femme dans sa modernité ?

Nous sommes accueillis par un sourire imperceptible, énigmatique.

Son regard émerge du tableau dans notre direction. Nous sommes invités à la dévisager à notre tour, souhaitant être l'objet de son désir. Mais elle ne nous voit pas, sa vision glisse et notre manque est en souffrance.

Cette prise de conscience progressive contraste avec le sentiment océanique d'Immanence nourri par un paysage des Origines, la profondeur variable d'un temps vertigineux qui passe de l'ébauche d'un sourire à celui de la création d'une chaîne de montagnes.

Cette relation fondamentale d'une Femme et de la Nature est éveillée par le désir d'une rencontre.

Que savons-nous de Mona Lisa ?

Lisa Gherardini est née à Florence en 1479. Elle épouse Francesco del Giocondo en 1495. Celui-ci a plusieurs charges publiques. Elle aurait perdu en 1499 son fils unique.

Le portrait, esquissé en 1501, est réalisé entre 1503 et 1507. On dit que Léonard de Vinci convoqua des musiciens pour tirer Mona Lisa de sa mélancolie et lui arracher un sourire. Ce tableau ne sera jamais livré. Léonard l'emportera et le travaillera en France.

Nous connaissons Léonard de Vinci, sculpteur, architecte, ingénieur, mais nous connaissons peu l'homme au caractère contrasté, en proie au doute.

Nous savons qu'il nait à Vinci en 1452, fils illégitime d'un notaire et d'une servante. Il est arraché à sa mère vers l'âge de 4 - 5 ans par son père et élevé par sa belle-mère. Celle-ci lui témoigne beaucoup d'affection.

Il semble que la rencontre Leonard de Vinci - Mona Lisa se soit faite sur une double absence. Celle de l'enfant que Mona Lisa ne serre pas dans ses bras vides. Celle de la mère perdue, désirée que le peintre ne finira pas de chercher et de se représenter, à la fois proche et lointaine, chargée de ses reproches mais pleine des vertus réparatrices de son amour.

Ce « double-manque », celle relation œdipienne interrompue nous interpelle.

Ce n'est qu'après un long travail de deuil que Léonard aurait surmonté cette absence en la symbolisant sur la toile par une présence à vocation éternelle.

La sublimation de Léonard est nôtre. Elle nous permettrait de mieux comprendre, par-delà son génie, le retentissement de La Joconde.

 

Marcel MANTIONE

 

 

 

Commentaires

Bonjour,
Ceci n'est pas un commentaire mais un petit poème rédigé pour les 70 ans de Marcel:

Marcel et Mireille

Maître Marcel, devant une toile placé,
Tenait dans sa main un pinceau.
Sa sœur Mireille, par le tableau attiré,
Lui tint à peu près ce langage :
"Hé ! bonjour, Monsieur le peintre.
Que ce que vous faites est joli ! que cela me semble beau !
Sans mentir, avec votre panache
Qui correspond à votre image,
Vous êtes le meilleur des peintres d’ici bas. "
A ces mots Marcel ne se sent pas de joie ;
Et pour montrer sa belle toile,
Il saisit sa palette, et choisit une couleur.
Mireille s'en saisit, et dit : "Mon cher Marcel,
Sache que tout amateur
Vibre au delà de son bonheur :
Cette confidence vaut bien un remerciement, sans doute. "
Marcel, ravi et honoré,
Offrit avec plaisir le tableau ainsi choisi.

Écrit par : Florian Mantione | 02/01/2010

La Joconde en 6 questions
Imaginées par Florian MANTIONE
Petit quizz à réaliser sans voir le tableau, bien sûr...

1 La Joconde regarde
A- Sur sa droite
B- En face
C- Sur sa gauche


2- La Joconde
A- porte à son cou un collier
B- porte à son cou une médaille
C- ne porte rien à son cou


3- La Joconde
A- pose sa main droite sur sa main gauche
B- a les deux mains jointes
C- pose sa main gauche sur la main droite


4- La Joconde
A- porte une bague sur la main droite
B- ne porte pas de bague
C- porte une bague sur la main gauche


5- La Joconde
A- on lui voit un bracelet
B- on lui voit deux bracelets
C- on ne lui voit aucun bracelet


6- La Joconde
A- possède une raie sur la partie gauche de ses cheveux
B- possède une raie sur la partie droite de ses cheveux
C- possède une raie dans la partie centrale de ses cheveux
D- ne possède pas de raie à ses cheveux

Écrit par : Florian Mantione | 02/01/2010

bonjour g vraiment besoin de vous je fais un exposé sur la joconde et je dois trouvè pourquoi elle et triste repondè moi vite svppppppppppppppppppppp

Écrit par : jamois | 04/10/2010

Bonjour,
Vous demandez pourquoi la JOCONDE est triste?
L'exposé que j'ai fait y répond. On peut dire qu'elle est triste parce qu'elle a perdu son petit garçon. Mais on peut dire aussi que la tristesse de la Joconde est celle de Léonard de Vinci, le peintre, et qu'il s'exprime à travers elle. En effet Léonard a été retiré à sa mère naturelle alors qu'il était tout petit. Il est triste parce qu'il pense à elle et qu'il ne la reverra plus jamais...

Écrit par : Marcel Mantione | 05/10/2010

Très intéressant !
J'ai beaucoup aimé la réflexion artistique, le poème, puis le quizz !
Juste quelques fautes d orthographes pour F. Mais c'est ma déformation professionnelle qui les fait apparaître. Et le poème aurait pu être un tout petit peu amélioré pour être plus fluide.

En tout cas, tout cela très agréable à lire, fin et intelligent.

Merci !

Écrit par : Hélène Douat | 01/02/2013

Les commentaires sont fermés.