Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/09/2011

ERRANCES, TROUVAILLES ET CROISEE DES CHEMINS

La période estivale est riche en errances, rencontres, découvertes, ruptures, expériences diverses, réflexions multiples.

Ce blog s'en fera certainement l'écho, tout en gardant une distanciation avec l'actualité.

Des ''Termes Concepts'' me sont apparus. Je pense qu'ils pourraient vous interesser:

La ''Serendipité''

Les ''Neurones Miroirs''

La ''Croisée des Chemins''.

LA SERENDIPITE ou ''Fortuitude'' est la démarche qui consiste à trouver quelque chose de nouveau sans l'avoir cherché tout en cherchant parfois autre chose. VOLTAIRE s'en est inspiré dans le conte de Zadig, de même que NEWTON ou EINSTEIN.

Cela demande une certaine ouverture d'esprit, une disponibilité, une curiosité, de l'imagination, de l'intuition, de la créativité. Il faut être sensible aux analogies, rompu aux associations d'idées, ne pas craindre les échecs, la concurrence. Il faut savoir aussi s'abandonner à la rêverie, pratiquer la contemplation, voire la méditation. Il faut aimer la transdisciplinarité, la technique, la communication, avoir conscience que nous vivons dans différents plans, physique, biologique, psychique et que nous participons à différents temps, comme le dit Michel SERRE dans ''Le Grand Récit''.

Bref, la ''Sérendipité'' est un paradigme de la Vie.

LES NEURONES MIROIRS

Une découverte fortuite a été faite en1995 dans le laboratoire du Pr Giacomo RIZZOLOTTI de Parme: Les neurones moteurs d'un singe ,immobile, dont le cerveau est couvert d'électrodes se sont exprimés par un signal sonore chaque fois que ce singe voyait un membre du laboratoire faire des mouvements facilement identifiables par lui comme l'acte de manger. La notion de neurones miroirs était née.

En 2007, à l'Hôpital américain de Neuilly, des spécialistes du ''pet-scan'' ont illustré cette découverte: Un pianiste appareillé joue et, sur un écran, une symphonie de couleurs apparaît, traduisant sa motricité et ses affects. Un auditeur appareillé également, exprime peu de chose sur l'écran, alors qu'un auditeur, pianiste celui-là, appareillé, projette une palette de couleurs analogues à celles du concertiste.

Le Pr J.M. OUGHOURKIAN, spcialiste en neurosciences, voit, dans les neurones miroirs, localisés dans de multiples aires cérébrales, la source de l'empathie, de l'apprentissage, de la culture.

Le Pr Boris CYRULNIC élargit cette conception à certains troubles psychiatriques et à la Shoah

Le Philosophe René Girard l'intègre dans sa ''Théorie de la Violence Mimétique'' qui trouverait, là, des bases physiologiques.

Pour illustrer les neurones miroirs, pensons

  • au comportement animal (celui des mouvements des bancs de poissons, la fable des moutons de Panurge),

  • au comportement d'achats compulsifs lié à la publicité,

  • au comportement conformiste politiquement correct ou non.

 LA CROISEE DES CHEMINS

Dans cette vision labyrinthique des pensées et décisions dans la vie, l'allégorie d'HERCULE à la croisée des chemins s'impose dans notre société en mutation accélérée de même qu'elle s'est imposée à la Renaissance dans les pays européens : dans le tableau d'Annibale CARRACHE, étudié par Erwin PANOFSKY, Hercule, ce demi-dieu, après avoir triomphé dans ses ''Travaux'', se trouve à une bifurcation de sa vie. Sur une voie, la Vertu lui vante les mérites d'un comportement éthique digne d'un héros ou d'un prince. Sur l'autre voie se tient la Volupté à laquelle aspire sa part d'humanité. Il est déchiré entre l'appel à la Transcendance et les limites de la Contingence, entre l'Etre et le Jouir, entre l'Essence et l'Apparence, entre le Signifiant et le Signifié. La réconciliation est cependant dans le champ, pour Hercule : « mettre le plaisir des Sens au service de la Vertu du Sens ».

Commentaires

Chers internautes,

Une coquille s'est glissée à la troisième ligne avant la fin.
Il faut lire : entre le Signifiant et le Signifié.
Mais vous l'aurez corrigé de vous-même.
Mille excuses

Marcel Mantione

Écrit par : Marcel Mantione | 06/09/2011

Bonjour,
Intéressante ton analyse sur la Sérendipité.
j'ai moi-même écrit un article à ce sujet intitulé:
ELOGE DE LA SERENDIPITE

Faire preuve de sérendipité, c’est trouver quelque chose que l’on ne cherchait pas. La tarte tatin ou le post-it illustrent bien ce concept.

La sérendipité est la caractéristique d'une démarche qui consiste à trouver quelque chose d'intéressant de façon imprévue, en cherchant autre chose, voire en ne cherchant rien de particulier. Cette approche est issue d'une démarche heuristique (du grec heuriskêin, « trouver »).

C’est tout le contraire de la démarche de notre bon vieux Sénèque qui disait :« Il n’est de bon vent pour celui qui ne sait ni d’où il vient ni où il va ».

Cependant, la sérendipité n'est pas redevable à la simple incertitude ou au caractère accidentel des circonstances. Il n'existe de sérendipité que s’il existe un être humain doté de certaines qualités (dont la sagacité ou le flair) pour observer sa découverte. On le nomme inventeur, aventurier, créateur ou traqueur d'indices.

Selon un dicton bien connu, « des milliers de gens avaient déjà vu tomber des pommes avant Isaac Newton et aucun n'en avait imaginé pour autant la gravitation universelle ».

Dans l’entreprise, il faudrait instituer des séminaires sur la sérendipité afin de transformer chaque salarié en améliorateur potentiel de la situation qu’il vit au quotidien.

Je suis persuadé que l’ensemble des salariés possède un énorme potentiel inexploité de solutions pour que l’entreprise fonctionne mieux, améliore sa rentabilité, diminue ses coûts…

Tous les jours, les salariés sont confrontés à une masse éparpillée d'informations. Le rôle du sérendipitant est de sélectionner parmi celles-ci celles qui sont les plus importantes, de les interpréter, de les relier entre elles, de rebondir sur elles, d’en faire une synthèse en y apportant sa touche personnelle.

Mais pour cela, il faut une bonne dose de curiosité, d’intelligence relationnelle, de logique et d’intuition qui sont autant d’éléments perfectibles.

L’exemple du Viagra est symptomatique.
Les chercheurs de Pfizer étaient sur le point de juger des qualités du sildenafil citrate comme traitement de la circulation sanguine pour les angines de poitrine.
Ils ont découverts des résultats excellents et commercialement prometteurs. Cependant, ils ont découverts qu'il était beaucoup plus avantageux de le vendre pour un traitement masculin totalement différent, le dysfonctionnement érectile.
Depuis, le succès commercial est immense.

Avec eux, nous pouvons dire « Euréka, j’ai trouvé… sans chercher »…

Florian MANTIONE

Écrit par : Florian MANTIONE | 06/09/2011

Les commentaires sont fermés.