Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/09/2011

LE MUSEE D'ANATOMIE DE LA FACULTE DE MEDECINE DE MONTPELLIER

LA JOURNÉE DU PATRIMOINE m'a donné l'occasion de revoir le MUSÉE D'ANATOMIE DE MONTPELLIER, de me replonger dans l'histoire de la Faculté de Médecine et d'évoquer des souvenirs personnels.

entree_barthez_lapeyronie.jpg

Dès ses origines, vers 880, Montpellier est une zone de passage et de commerce.

C'est un descendant des GUILHEM, qui, en 1180, promeut la liberté d'enseignement et de pratique médicale grâce à des praticiens Juifs, Arabes et Chrétiens.

En 1220, le Pape HONORIUS III propose par son Légat, la fondation de l'école de Médecine.

Des maîtres accroissent sa renommée :

Arnaud de VILLENEUVE, au 13 e siècle,

Gui de CHAULIAC, au 14 e siècle,

RABELAIS, qui enseigne au 16 e siècle.

Du 17 e au 19 e, la Faculté poursuit son rayonnement en élaborant des doctrines, dont celle de BARTHEZ prone '' Le Vitalisme''.

En 1794, La Révolution confirme Montpellier comme une des trois Ecoles Nationales de Santé.

Le Chimiste et Député CHAPTAL crée un ''CONSERVATOIRE ANATOMIQUE'', qui se développe au fil des décennies et jusqu'à nos jours, sous la direction des différents Conservateurs pour servir de base à l'enseignement médical. Il absorbe le fruit de connaissances Embryologiques, Anatomo-pathologiques, Anthropologiques, Médico-légales. Il comprend:

Une collection de pièces de cire, remarquables, modelées par l'artiste florentin Felix FONTANA,

Des squelettes de vertébrés, permettant l'Anatomie Comparée

Une vitrine de Tératologie, étudiant les Monstres et les malformations congénitales

Des moulages colorés objectivant des maladies dermato-vénériennes

Différentes coupes anatomiques, des travaux de prosecteurs d'anatomie, des planches illustrées , venant enrichir cette collection..

Des souvenirs de ma vie étudiante se cristallisent dans un lieu proche, la Salle de Dissection, interdite ce jour pour des raisons de sécurité.

ecorche_pelle.jpg

Je ne peux m'empêcher de penser à cette première séance, dans cette vaste pièce aux froides tables de pierre, où je dois affronter la vision de ces cadavres rigides et grisâtres encore pleins de leur humanité. Des odeurs fortes et acres imprègnent ce qui est alors pour moi le temple de la science et les clés de mon avenir. Une tension palpable, aigüe, entoure la parole du prosecteur qui officie. Les premières incisions, enclanchent le rite d'une objectivation sacrée auquel REMBRANDT n'aurait pas été insensible. La communauté des '' Carabins '' s'affaire, silencieuse, en blouse blanche , un scalpel à la main. Progressivement une fumée apparaît et une odeur de tabac se mêle névrotiquement à celle du formol. Je n'oublie pas cette séance où chacun affronte l'angoisse de mort.

L'enseignement de l'anatomie a singulièrement évolué, chaque étudiant dispose actuellement, d'un ordinateur où des images tomodensitométriques en 3 D ne laissent rien ignorer des secrets anatomiques de l'être humain.

 En quittant ce lieu chargé de 800 ans d'histoire, de tolérance et d'humanité, je ne peux qu'être confiant et serein devant le passage de la tradition à l'ouverture didactique de l'enseignement réalisé par des maîtres de qualité au service de l'Idéal d'HIPPOCRATE.

 

 

Les commentaires sont fermés.