Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/05/2012

LE TURQUETTO de Metin ARDITI

 A partir d'une anomalie de signature d'un tableau du Louvre attribué au TITIEN, ''L'homme au gant'', Metin ARDITI reconstitue l'existence imaginaire d'un ''peintre idéal'' de la Renaissance.

 Ce roman retrace les origines modestes, à Istamboul, en terre d'Islam,d'un jeune orphelin juif, Elie Soriano, élevé par une mère adoptive orthodoxe. Toujour en éveil, le regard acéré, d'une mémoire sans faille, il est passionné de dessin, admirateur de calligraphies arabes, à la recherche d'un grand frère et bientôt d'un père puis d'un maître. Dans les bas-fonds de la ville et du Grand Bazar se cotoient les artisans, les petits commerçants, les marchands d'esclaves, dans une hiérachie complexe, ainsi que les trois religions du Livre. Sur les hauteurs, dominant la Corne d'Or, s'étalent les palais des maîtres des Harems.

 A la mort de son père, préadolescent, il fuit précipitamment cette ville, en caravelle. Il prend un nom d'emprunt chrétien, pour se fondre puis s'enraciner à Venise. Dans l'atelier d'un grand peintre où il est accepté et surnommé ''LE TURQUETTO'' (le petit turc). Il s'imprègne des techniques et savoir-faire de ses condisciples , développe ses talents de dessinateur et de coloriste. Nous assistons à son ascension irrésistible grâce à un travail acharné et à l'identification de son maître. Ses oeuvres sont reconnues. Une confrérie lui ouvre ses portes. Un notable lui propose sa fille en mariage. Il fonde son atelier, s'entoure d'artistes qui font rayonner sa production. Les Congrégations admirent ses oeuvres, passent de nombreuses commandes.

 Mais des jalousies apparaissent, entrainant dans des intrigues des notables, assoiffés de vanité, attachés au paraître et à de fausses gloires.

 Le Turquetto, au faît de la célébrité chute dans une recherche inconsciente d'identité et d'affirmation de sa judaïcité. Celle-ci est reconnue, jugée blasphématoire.Toutes ses oeuvres, sauf une sont détruites lors d'un autodafé. Il est condamné à être pendu par un inquisiteur ambitieux et fondamentaliste alors que d'éminents prélats s'avèrent impuissants et conscients de ces excès. Il est sauvé par l'un d'eux. Il achève son Odyssée dans sa ville natale, caché par de modestes amis, arabes notamment, fort d'une expérience humaine, inexprimable.

 Le Turquetto apporte le rêve d'une synthèse artistique et culturelle :

 - Artistiquement, il associe le ''Colorito''Vénitien et le ''Disegno'' Florentin, enrichis par le Testament Biblique, laCalligraphie Arabe, lesOrs Byzantins.

 - Culturellement il annonce une convergence difficile du Christianisme, du Judaïsme et de l'Islam sous la lumière de Venise et de Constantinople.

Les commentaires sont fermés.