Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/12/2012

L'ILLUSION ET LE MENSONGE DANS L'ART

Dans certaines circonstances, au cours de l'Histoire de l'Art, dans la Peinture , le Dessin, la Sculpture, on a recherché la Ressemblance, la ''Mimesis'' afin de refléter la beauté du monde et la place de l'homme dans la société.

Des imperfections, des illusions, des affabulations, des écarts importants avec la réalité, voire des contre-vérités et des mensonges sont apparus, enrichissant la palette des sentiments humains, l'étendue des possibilités et des manifestations artistiques, économiques et sociales.

Des méthodes d'interprétations peuvent être évoquées afin de réduire le monde de l'illusion et des mensonges. Elles ne seront pas abordées dans cet article, mais elles interviendront dans le questionnement et nous essaierons d'y répondre.

Il faut distinguer trois points :

A/ L'art est-il une illusion ?

B/ L'art a-t-il déconstruit la Réalité ?

C/ L'art affirme-t-il des contre vérités, voire des mensonges ?

A/ L'ART EST UNE ILLUSION  pensent certains, et qui peut être visuelle, existentielle ou fantasmatique.

L'ILLUSION VISUELLE est la conséquence de la mimesis, l'imitation qui, jusqu'à la fin du 19e siècle, semble avoir été le moteur de l'art.

PLATON a combattu la mimesis; ARISTOTE l'a réhabilitée.

Une légende relatée par PLINE l'Ancien, met en évidence l'illusion consécutive à la mimesis :

<< Le peintre ZEUXIS et son rival, PARRHAZIOS firent un concours pictural.Zeuxis peignit des raisins. Ils étaient si vraisemblables que des oiseaux, passant par là vinrent les becqueter. Parrhazios, quant à lui représenta un rideau peint sur une grande surface, puis attendit. Zeuxis , l'apercevant, lui demanda alors de retirer ce rideau pour voir enfin ce tableau mais constatant alors son erreur il félicita Parrhazios de l'avoir piégé, lui, un artiste, alors que lui-même n'avait trompé que des oiseaux >>.

Le Chardonneret est un magnifique petit trompe- l'oeil de Carel FABRICIUS peint en 1654, attraction bien vivante du Musée Mauritshuis, en Hollande (http://www.mauritshuis.nl/index.aspx?chapterid=2434).

Des trompe l'oeil enrichissent des façades de la ville de Montpellier

peinture,psychanalyse,illusion,déconstruction,mensonge,faux,réalité,imaginaire,vérité,art

et de bien d'autres villes.

Les ''Illusions visuelles ''de Salvador DALI sont bien particulères. Dans le même tableau figurent deux scènes différentes . Un clin d'oeil au monde magique de l'illusion pure... Elles peuvent être admirées dans son Musée de Figueras.

LES ILLUSIONS EXISTENTIELLES

NIETZSCHE l'a pressenti, l'art serait une fuite existentielle, c'est à dire un baume-alibi devant la dureté de la vie.

Les portraits de REMBRANDT, VAN GOGH, Francis BACON (http://www.marseille.fr/siteculture/galeries/galerie_2012...), de Chaïm SOUTINE , sont l'illustration de cette angoisse existentielle.

LES ILLUSIONS IMAGINAIRES

L'art peut générer des scènes mythiques, oniriques, fantasmatiques loin de toute réalité objective.

Trois exemples :

B/ L'ART EST DECONSTRUCTION

La rupture avec l'imitation se fait progressivement au début du 20e siècle avec PICASSO, KANDINSKY , MALEVITCH, Marcel DUCHAMP et l'apparition de l'Art Moderne.

Déjà, les Impressionnistes ont montré la voie.

Le Fauvisme (DERAIN, MARQUET...) a évacué la représentation de la lumière en utilisant des couleurs pures.

Le Cubisme de BRAQUE et PICASSO a fracassé l'objet et l'a montré sous toutes ses faces.

Le Futurisme italien a intégré le mouvement (Giacomo BALLA...).

La perspective a été distordue par Viera da SILVA ;

La géométrisation de l'art a fait disparaître le Sujet dans le Constructivisme russe et le mouvement de Stijl.

La peinture conceptuelle apparait

L'Abstraction se généralise et se diversifie effaçant toute ressemblance, toute imitation.

C/ L'ART EST UN MENSONGE plus ou moins important.

Le portrait deLOUIS XIV (http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/louis-xiv-1638-1715) en costume d'apparat a été peint dans toute sa gloire .par Hyacinthe RIGAUD en1701. Il faut remarquer une aimable tricherie : le galbe juvénile de ses jambes contraste avec le visage d'un monarque de 63 ans.

Dans le Sacre de NAPOLEON peint par DAVID entre 1805 et 1807, on constate une erreur intentionnelle, la présence de la mère de l'Empereur, Maria Létizia, alors qu'elle était absente car elle voulait protester contre la brouille de Napoleon avec son frère Lucien.

L'art est instrumentalisé parfois par le commanditairecomme l'a fait Napoleon :

La Bataille d'Eylau fut une véritable boucherie. 10.000 tués ou blessés du coté français, 12 à 14.000 chez les Russes. Cette demi-victoire fut transformée en victoire dans un tableau célèbre d'Antoine-Jean GROS qui reçut la légion d'Honneur de la main même de l'Empereur.

L'art sous les dictatures, l'Art Officiel, est le reflet de son chef et de son idéologie, que ce soit sous Franco, Mussolini, Staline ou Hitler.

Sous les Nazis, par exemple, dès 1933 l'autodafé du 10 Mai a fait jaillir cette phrase d'Heinrich Heine: < Là où on brûlera des livres on brûlera des hommes >.

En 1937, une exposition dite des ''Artistes dégénérés'' sillonne l'Allemagne avec les expressionnistes Emil NOLDE, Otto DIX, Lyonel FEININGER...Les artistes juifs sont proscrits, persécutés. Les cérémonies nazies récupèrent la musique de Richard WAGNER, d'Anton BRUCKNER.

La propagande monumentale favorise le stade olympique de Berlin destiné aux jeux de 1936.

Les oeuvres néoclassiques exaltent des corps ''sains'', ''virils''et ''aryens''.

L'individu et la création artistique disparaissent au profit d'une idéologie mégalomaniaque.

L'art peut être considéré comme un MENSONGE ECONOMIQUE ET SOCIAL

LA PUBLICITE cherche des appuis sur l'art qu'elle dénature. Séductrice, humoristique, elle affirme allègrement, sans rencontrer de résistance, des contre vérités. Certains affirment que ''deux publiciés associées équivalent à un vrai mensonge''.

LA SPECULATION va bon train depuis l'avènement de l'Art Contemporain, facilitée par la reproductibilité des oeuvres et la docilité d'artistes fragiles.

Un certain nombre d'opérateurs, galeries, collectionneurs, commissaires d'expositions, institutions, , agissent de connivence et en synergie comme l'affirment des ouvrages spécialisés.

La destruction de l'art serait-elle en marche ? Le ''Homard'' de Jeff KOONS, a atteint le prix de 16 millions d'euros !! Bien sûr, les réseaux, le marketing entrent en jeu.

Certains n'hésitent pas à dire que dans ce monde là tout est faux, comme les oeuvres, les articles de presse commandés, les experts.. .Les oeuvres ne seraient plus que l'objet de trafics en tous genres, caution financière, monnaie d'échange, couverture fiscale, fraudes, blanchiment d'argent...

LES FAUX n'existent que s'ils sont découverts. Mais qui a intérêt à les mettre au jour ?

Le couple Ellen Bergen avait fabriqué des Chagall, des Botero, des Klimt , des Magritte avec certificat d'authenticité et catalogue raisonné. Une dizaine de tableaux seulement ont été découverts sur les 700 écoulés.

On dit que, en 1988, au Musée Rath de Genêve, la collection consacrée à Larionov aurait été fausse.

On distingue une multitude de faux tableaux : Les faux intégraux et les faux partiels ; ceux qui ont une fausse paternité, les tableaux authentiques avec une fausse signature, et ceux qui ont une vraie signature sur une fausse surface...

L'art est certes illusion, visuelle, existentielle, fantasmatique, mais avec l'Art Moderne il subit des distorsions qui concernent l'objet, la couleur, la perspective, la disparition du sujet.

L'art est une série de mensonges plus ou moins visibles, aboutissant aux manipulations de l'Art Officiel,aux tromperies de la Spéculation, aux transgressions délictueuses de la falcification.

Néanmoins, l'Art exprime toujours une Vérité comme l'a dit PICASSO , parfois indéfinissable, de la Vie et de la Psyché. On a essayé de séparer la simple apparence de la nature et de l''être au monde'' pour chercher l'essence de la Vérité.

Les sciences humaines, la psychanalyse font reculer l'obscurité, explicitent les oeuvres, éclairent l'inconscient.( cf la note ''Critique d'art et psychanalyse d'octobre 2012 surce blog)

Les mécanismes socio-économiques doivent être envisagés d'une manière spécifique afin de les harmoniser avec une éthique marchande en constant devenir.

LE REGARD, unificateur, est impliqué chez l'artiste, l'amateur, le spéculateur.

La représentation de la toile, d'une oeuvre, en reste aux fantasmes. C'est un trompe l'oeil pour tous, car l'art vise l'impossible dans un leurre d'un réel inaccessible.

L'Art apparaît comme l'ombre portée de la Culture et de la Vie.

07/12/2012

Chaïm SOUTINE : L'Ordre du Chaos ?

Le Musée de l'Orangerie, à Paris rend un vibrant hommage à ce peintre d'exception insuffisamment mis en lumière à ce jour. Rarement, un peintre aura paru s'investir autant dans son oeuvre au point de s'y incarner et de faire rayonner l'expression de son angoisse existentielle.

Chaïm SOUTINE nait en 1893 dans un territoire de l'Empire Russe, dans ce ''Yiddishland'' lituanien' appelé Litvak où les juifs se sentaient à juste titre enfermés. Il est le 10e enfant d'une fratrie de 11. Son père est un modeste tailleur. La vie est difficile. Il parvient à faire des études à Vilnius avant de gagner Paris, entrainé par deux condisciples. Il est logé par l'un d'eux à la ''Ruche'', et partage un atelier dans la Cité Falguière.

soutine,orangerie,paris,peinture,exposition,paul guillaume,tuilerie,lyrisme,expressionnisme,barnes,drieu la rochelle,sachs,baroque,picasso modigliani,van gogh,yiddish,litvak,courbet

Il se lie d'amitié avec MODIGLIANI, PICASSO, travaille temporairement comme porteur à la Gare Montparnasse. Il continue à vivre dans le dénuement. Des troubles digestifs apparaissent. Il est dépressif. Son ami KREMEGNE le tire d'un mauvais pas le jour où il tente de se suicider.

Par chance, ses oeuvres sont découvertes par le Dr BARNES , un collectionneur et mécène américain. Puis des marchands, comme Paul GUILLAUME , des amateurs d'art , des mécènes comme Madeleine CASTAING, Jonas NETTER, prennent le relais. Sa vie s'améliore. Il cotoie la société artistique (COCTEAU, MATISSE...), tout en gardant un tempérament solitaire et ombrageux. Ils apprécient la puissance expressive de ses tableaux, soutenue par une palette chromatique forte et contrastée, une personnalité tourmentée, s'appuyant sur une thématique classique ternaire faite de portraits, de paysages et de natures mortes.

LES PORTRAITS

Soutine étaye ses portraits sur celui de Charles VII fait par FOUQUET, peintre du 15è siècle. Les personnages sont assis, de face, la tête légèrement tournée sur leur gauche. On lit dans leurs yeux leur mélancolie, leurs doutes, leurs insuffisances, leur être en devenir. Les traits sont caricaturaux. L'autoportait appelé ''Soutine grotesque'' cumule les handicaps d'un ''désamour''.

''L'enfant de choeur'' est issu d'un tableau de COURBET, ''L'enterrement à Ornans''.

soutine,orangerie,paris,peinture,exposition,paul guillaume,tuilerie,lyrisme,expressionnisme,barnes,drieu la rochelle,sachs,baroque,picasso modigliani,van gogh,yiddish,litvak,courbet

Il donne à voir un être longiligne, pyramidal. Il est enveloppé d'un surplis blanc, ajouré, tel une dentelle, recouvrant une robe rouge. Son regard anxieux, sur un fond noir, quémande notre affection. L'influence du GRECO n'est pas loin, celle sur GIACOMETTI ne saurait tarder.

''Le Petit Patissier'' aux larges oreilles et au nez concave évoque le personnage principal des Demoiselles d'Avignon, de Picasso et nous fait pressentir les déformations à venir de F. BACON.

LES PAYSAGES

Ils sont soumis à des forces, des sentiments qui les déforment, les agitent, les déstructurent. Les maisons ondulent comme les cyprès de Van GOGH . Les troncs d'arbre se couchent, leur feuillage tourbillonne sous des rafales de vent. Les couleurs des toîts explosent d'oranges et de rouges éclatants contrastant avec les verts et les bleus de la végétation. Le ''Chaos'' est là.

''L'escalier rouge'', à Cagnes évoque une chimère : La ''métamérisation'' sanglante d'un annélidé sillonnant la verdure ?

soutine,orangerie,paris,peinture,exposition,paul guillaume,tuilerie,lyrisme,expressionnisme,barnes,drieu la rochelle,sachs,baroque,picasso modigliani,van gogh,yiddish,litvak,courbet

LES NATURES MORTES

Elles sont représentées au pied de la lettre.

''Le boeuf écorché'', inspiré de REMBRANDT, se décompose dans son atelier. Il est ravivé par des litres de sang rouge.

''La Raie'', tirée d'un tableau de CHARDIN est éviscérée, rougeoyante, pathétique et grimaçante, telle l'image de la ''mauvaise mère''. La pulsion de mort est encore et toujours présente.

Les faisans, poulets et autres volatiles expriment la souffrance de leur agonie dans leurs chairs bleuies, leurs plumes sagneuses et leur cri muet comme celui de MUNCH .

''Les Glaîeuls''rouges, torsadés et baroques interpellent les Iris de Van Gogh et offrent une bouffée d'oxygène.

SOUTINE, inclassable, aura traversé une vie difficile : issu d'un monde qui a connu l'enfermement, les pogroms et qui termine sa vie, en1943, sous les lois de Vichy.

L'angoisse existentielle est traduite dans le tragique de ses Natures en état de ''mort dépassée'', ses paysages ''chaotisés'', par la tempête et des forces téluriques, ses personnages dépressifs qui font quand même face à leur humanité.

Elle imprègne son être et son corps dans une affection psychosomatique qui aura été l'essence indiscible de son existence et cause de sa mort : une maladie ulcéreuse, symbolisée par ses Escaliers hémorragiques de Cagnes qui a entrainé une issue fatale.

SOUTINE est un chainon vibrant de l'histoire de la peinture. Il a été fidèle aux anciens, Fouquet, Rembrandt, Vélasquez, Géricault, Goya, Chardin...

Il a poursuivi la flamme de Van Gogh, inspiré les déformations de F. BACON, De Kooning et initié l'expressionnisme lyrique.

Il se présente comme un des plus grands peintres actants du XXe siècle.