Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/11/2013

LA RENAISSANCE et le RÊVE

Quel merveilleux souhait, mais quel défi, celui de peindre le rêve, de représenter l'irreprésentable à une époque émergente où VERROCCHIO et Léonard de VINCI proclamaient l'Annonciation, où RAPHAËL, GIORGIONE, Fra Filippo LIPPI célébraient la Nativité et où BOTTICELLI glorifiait la Naissance du Désir et l'Arrivée du Printemps !

IMG_1403.jpg

Mais quelles angoisses infernales devaient affronter les Jérome BOSCH, les BRUEGHEL, relayés par le terrible et divin MICHEL-ANGE dans ''le Déluge'' et ''le Jugement Dernier''!

L'Iconologie, les mots de la Psychanalyse et les recherches des Neuro-sciences, peuvent-ils nous permettre de comprendre les Rêves de la Renaissance ?

Le Musée du Luxembourg nous donne à voir et méditer cette vaste évocation onirique en une thématique allant de l'endormissement au réveil : ''La Nuit'', ''la Vacance de l'Âme'', ''les Visions de l'Au-delà'', l'Aurore et le Réveil'', que nous allons suivre :

La Nuit

Elle permet un sommeil réparateur et les rêves. Elle ouvre un espace-temps autre, plein des désirs ou des craintes du dormeur.

MICHEL-ANGE a réalisé une allégorie de la nuit, une femme nue endormie et sereine, lovée sur elle-même, les yeux clos. Cette sculpture, ornant le tombeau de Julien de MEDICIS, s'est révélée un modèle fécond, car imité par de nombreux artistes.

Battista DOSSI, a figuré une allégorie picturale de la nuit : une belle endormie, environnée d'une représentation onirique, un coq, une chouette, des monstres, un homme agitant un flabellum, et, à l'arrière-plan, un château en flammes.

LA Vacance de l'Âme:

C'est un concept inspiré par PLATON, élaboré par Marsile FICIN : L'âme se détache du corps, s'élève vers un principe supérieur, accédant à une inspiration poétique ou à une vision prophétique au voisinage des Idées ou du divin.

Lorenzo LOTTI, dans ''Apollon endormi'', voit les muses danser dans la futaie, à gauche, pendant que le dieu solaire sommeille.

''Le Songe de la jeune fille'' ou allégorie de la chasteté, du même peintre, évoque la jeune ''Laure'', celle de PETRARQUE, entre spiritualité et féminité, sous l'oeil concupiscent d'un Satyre.

''Vénus et l'Amour endormis'' traitent également du désir naturel et innocent propres aux mythes grecs.

Certaines visions sont tirées de la Bible ou de l'histoire sainte, comme ''Les rêves de Pharaon'' ou

''La Vision de Sainte Hélène'', de VERONESE,

''Le Rêve de Saint Catherine d'Alexandrie''.

Le GRECO nous offre ''Le Songe de Philippe II''en contemplation devant la représentation divine. Il n'est pas sans évoquer son tableau célèbre''L'Enterrement du Comte d'Orgaz'', dont l'âme s'élève vers le cortège céleste.

 

Rêves énigmatiques et Cauchemars :

Lorsqu'ils ne sont pas éclairés par une iconographie précise, certaines visions deviennent plurisémiques, laissant l'imaginaire du spectateur vagabonder à sa guise. Tel est le cas du ''Songe du Docteur'' de DÜRER''.

On voyait dans les Cauchemars l'intervention de Satan, le Séparateur, le Grand Transgresseur, faisant surgir des monstres, des hybrides, des ''grotesques'' pour châtier les pêcheurs de leurs vices.

Les œuvres de BOSCH, BRUEGHEL, Jan MANDIJN, sont remplies d'images démoniaques représentant des candidats à l'Enfer.

Dans le Polyptyque''Vision de l'Au-delà'', BOSCH fait miroiter d'un côté ''La montée des bienheureux vers l'Empyrée'' et ''Le Paradis terrestre'' et de l'autre ''La chute des damnés''et ''l'Enfer''.

La Vie n'est-elle pas un Rêve ?

C'est ce que suggère ''l'Allégorie de la vie humaine'' de MICHEL-ANGE. Le Pic de la MIRANDOLE inspire ce dessin où l'homme est invité à s'arracher aux plaisirs terrestres et ses préoccupations pour atteindre l'Eveil...

Mais l''Eveil n'est pas loin et l'Aurore est là. La Raison apollinienne va reprendre ses droits.

Dans ''Amour et Psyché'', de Jacopo ZUCCHI, Psyché, debout, déhanchée, une lampe brûlante à la main gauche, un sabre à la main droite, regarde le sexe de son amant recouvert seulement par une fleur... Quelle ambivalence !...

 

Comment interpréter les ''Rêves'' de la Renaissance ?

Sont-ils fort éloignés des nôtres en raison des mythes païens, des croyances religieuses, des visions poétiques ? Certes, mais nous pouvons retenir

   l'importance du Désir de l'autre, moteur érotique de la vie, associé à la Séduction et au Voyeurisme , la Recherche du ''Grand Autre'', dans la quête spirituelle et sublime du ''Réel'',

   l'importance des peurs et des angoisses transfigurant la ''Réalité'', entrelaçant l'Imaginaire. ''l'Angoisse de mort et de ''Castration'' sont là.

On ne peut qu'être sensibles aux mécanismes évidents des rêves, ''les Déplacements'', traduits par des métaphores, des ''Allégories''. Les ''Condensations'' correspondent à des ''Métonymies''.

Les rêves sont évidemment des ''Fantasmes''. On disait ''Phantasmata'', ce que MICHEL-ANGE a bien compris.

Dans les rêves, alors que la Laideur effraie, dysharmonique et mortifère, la Beauté éclate, harmonieuse et vitale.

On peut s'interroger devant l'ampleur des représentations d'angoisses de certains peintres du Nord.

Il faut faire intervenir le souvenir prégnant d'épidémies effroyables par leur importance comme celle de la Peste qui avait couvert les gens de bubons et de pustules.

Un mal inexpliqué, avait fait perdre la raison, donné des hallucinations, des brûlures intenses des mains et des pieds qui se gangrénaient et devaient être amputés. Cette maladie s'appelait le ''Feu de Saint Antoine'' ou ''le mal des Ardents''. Il était attribué à des écarts de conduite dont la sanction était la souffrance et la damnation éternelle.

Progressivement, cette terrible maladie devait être attribuée à l'ergot de seigle. On l'appela l'Ergotisme. Des alcaloïdes responsables sont dérivés de l'acide lysergique,comprenant entr'autre le L.S.D., un puissant hallucinogène.

Un tableau célèbre de BOSCH, ''La Tentation de Saint Antoine'' rassemble les tentatives d'explications religieuses de cette affection.

Les tableaux de l'exposition, ''Vision de l'Au-delà'', ''La Vision de Tondal'' sont à mettre en relation avec ce tableau paradigmatique.

 

 

 

05/06/2013

PAPEROLLES

Ce tableau de Jacques RESCH, peintre de l'imaginaire,est particulièrement intéressant car il ne s'adresse pas seulement au monde extérieur, mais il semble concerner le domaine de l'intime. On doit  le rattacher à ma note du 2O O5 13 sur Jacques RESCH. 

paperolles 2009 61x80.jpg

Cliquez sur l'image pour l'agrandir et la voir en entier

Le long d'une diagonale ascendante, domine à gauche un fond rouge intense et à droite, un petit coin de ciel bleu.

Un homme porte la problématique de l'artiste. Il s'agit de ''L'homme désespéré'', autoportrait de COURBET à 25 ans. Il semble vivre un cauchemar:

Dans une cité engloutie, un chaos inextricable, peut-être métaphore de son passé, s'étale sous ses yeux effarés.: 

Des végétaux marins pendent, tels des algues ou des lianes ou remontent à la surface comme des souvenirs à la mémoire. 

Des fragments distordus de moteurs d'avion gisent, épars, à moitié apparents, dans ce fatras indescriptible.

Sur un aqueduc en ruine,en bas et à droite, une locomotive, nommée MADOFF,scintille encore, brisée, au bord de l'abime.

Dans les replis des mouvements marins, en bas et à gauche, de petits papiers innombrables, délavés, indéchiffrables, appelés ''paperolles'', porteurs dès l'antiquité de voeux sacrés, semblent inassouvis,  anéantis.

Au centre, sur une lettre datée, déchirée et brûlée, est épinglée,  sur un autel déconstruit, la photo d'un visage souriant, qui sonne comme un adieu.

Une structure phallique émerge derrière.

Un ouvrage de CICERON, le contempteur des ''corrompus'', l' homme qui a parlé ''de l'Amitié'', est dissimulé dans un encorbellement feuillu, en haut et à gauche.

Quelques être minuscules, comme refoulés, tentent d'apparaître.

Que de brisures et de pertes! Que de deuils!...

Recherche-t-on un être ou un objet dans ce qui pourrait être un temps ou un paradis perdu?

Tout en bas, à droite, un couple âgé : Lui, médite. Elle, tricote, maternelle, une longue écharpe, à partir d'une volumineuse pelote à laquelle elle est reliée.

Comme sur une stèle à demi-ensevelie, la signature de l'artiste se prolonge d'un regard...

27/05/2013

CONCEPTION POP ART

Le Louisiana Museum of Modern Art (Danemark), propose avec le Vitra Design Museum et le Moderna Museet, Stockholm, une exposition autour de la relation POP ART/DESIGN.

Le Pop Art s'est imposé en Grande Bretagne vers 1955 sous l'influence de l' Independant Group, composé de deux peintres, dont Richard HAMILTON, de deux architectes et d'un critique d'art, Laurence ALLOWAY.

Cinq ans plus tard, il devait s'épanouir et prospérer de l'autre côté de l'atlantique, à New York, grâce à des artistes comme Robert RAUSCHENBERG (prix de la Mostra de Venise en1964) , Jasper JOHNS. D'autres artistes devaient se joindre à eux comme Claes OLDENBERG, Roy LICHTENSTEIN, James ROSENQUIST, et, bien sur, Andy WARHOL.

Le développement du marché dans le monde occidental entre 1955 et 1973, l'apparition de nouvelles techniques (sérigraphie, acrylique), l'importance du marketing, de la publicité, du cinema, la libération des mœurs, ont favorisé une culture populaire, sexy, dynamique et colorée qui voulait faire table rase du passé.

Cette exposition permet de comprendre les influences croisées avec des designers comme CASTIGLIONI , EAMES, SOTTSASS qui apportèrent leur pragmatisme, leur savoir faire et leurs concepts.

Leur pluridisciplinarité transmute les objets de la vie courante, canette de soupe, bouteille de Coca-cola, au rang d'oeuvres d'art, comme Marcel DUCHAMP avait transformé un urinoir en ''Fontaine'' en 1917 à New York et PICASSO un guidon et une selle de vélo en ''Taureau'', en 1942.

Des mondes s'affrontent, celui de la consommation, banal et puissant, celui de l'idéologie libertaire, du désir assouvi immédiatement, celui de la transgression, au nom d' une liberté parfois mortifère.

Le DESIGN, dont l'objet apparent est de répondre à des besoins, propose des solutions nouvelles afin d'améliorer la qualité de vie. Une vision complexe permet d'enrichir ces objectifs par des apports techniques avancés, des concepts philosophiques hédonistes, idéologiques et artistiques que le POP ART rénove et rend plus convivial.

La jubilation liée à leur influence réciproque a apporté une créativité et un certain savoir être.