Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/04/2013

Hommage à ZAO WOU-KI

Le grand peintre français, ZAO WOU-KI , né à Pékin, vient de s'éteindre lentement sur les bords du lac Léman, à l'âge de 93 ans.

Après s'être imprégné de la culture et du savoir faire de l'école des Beaux Arts d'Hangzhou et au décours d'une exposition à Shangaï, insatisfait, il décide de partir à la conquête de l'Art Occidental.

Dès son arrivée à Paris, il s'immerge et s'enracine dans les hauts lieux des Avant-gardes, à Montparnasse, fréquente La Grande Chaumière, rencontre RIOPELLE, SAM FRANCIS, VIERA DA SILVA, expose à la Galerie de France, chez Pierre LOEB, avec SOULAGES ET HARTOUNG.

Il se lie d'amitié avec MICHAUX, puis avec MIRO . Il absorbe les pratiques figuratives dominantes, travaillées par l'abstraction, sous-tendues par la peinture à l'huile. Il évolue vers la poésie des ''Signes'' après la révélation, en 1951, du travail de KLEE à qui il rend visite en Suisse.

Il réactive alors, les méthodes et fondements de la peinture philosophique chinoise, dans une symbiose qui va devenir son style.

En 1970, il rencontre Françoise MARQUET, Conservatrice du Musée d'Art Contemporain de Paris qui va devenir son épouse. Français en 1964, il est progressivement reconnu internationalement. Il devient Grand Officier de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'Ordre National du Mérite, notamment.

En 1985, lors d'expositions à Pékin et Hangzhou, il diffuse ses connaissances sur l'Art Occidental.

Les tableaux qui m'ont particulièrement intéressé sont :

      -      En mémoire de May : 10.03.72

-      09.09.96

-      04.09.87

-      Hommage à André Malraux 01.04.76

-      Hommage à mon ami Henri Michaux 04.99/05.2000

Ce qui nous séduit dans l'art de ZAO WOU-KI 

C'est un sentiment de paix, la contemplation d'une nature harmonieuse, indéfinissable, où la beauté physique rivalise avec la spiritualité.

C'est la manifestation des forces de la nature en devenir, la présence des éléments dans leur affrontement et leur métamorphose.

C'est le souffle de l'énergie (CHI ou KI) , balayant l'espace infini, plongeant dans des profondeurs inconnues.

C'est la conscience de la plénitude et de la vacuité ( Wu ) et, dans l'alternance du TAO, l'importance du IN et du YANG.

C'est l'identification à l'immense Cosmos dans ses moindres détails, au CHAOS .

C'est l'impermanence de l'être, la finitude de toute chose, c'est le rien...

Mais c'est aussi la Lumière, purificatrice, régénératrice, signe de pensée créatrice et porteuse d'Espérance.

L'apport de ZAO WOU-KI est considérable :

Il incarne un symbole de Paix, de Vie.

Il s'impose comme un trait d'union entre la France et la Chine.

Il réalise une synthèse harmonieuse , entre une Tradition millénaire et la Modernité européenne.

Il démontre que l'Art est un espace ''Idéal'' d'être au monde.

Il restera présent aux nombreux artistes qu'il a influencés et aux amateurs qui l'admirent, par sa modestie, son humilité et la douceur énigmatique de son sourire.

07/03/2013

JACQUES RESCH ou la quête de l'impossible

RESCH est un peintre français né à Montpellier en 1946.

Après avoir présenté ses oeuvres dans les grands salons parisiens, il a exposé ses toiles Rue de La Boëtie, à Paris, dans la Galerie Boulet, largement dédiée aux maîtres contemporains de l'imaginaire.

Peintre surréaliste et hyperréaliste, il laisse entrevoir les influences de BOSCH, et de DALI., mais également la convivialité et la truculence de BRUEGHEL et de DUBOUT.

De formation scientifique, il enseigne la physique et la chimie. Il porte une grande admiration à Leonard de VINCI qui a su associer l'observation rigoureuse de la nature à la Création scientifique et artistique..

Sa technique picturale très précise et minutieuse repose sur les prescriptions traditionnelles de Xavier de LANGLAIS qui perennisent les fonds et illuminent délicatement les ciels.

C'est en Afrique, au Burkina Faso, qu'il choisit de vivre, de peindre et d'exprimer sa vocation humanitaire. C'est là, qu'il prend conscience d'un panthéïsme animiste et des contradictions du monde occidental. Son objectif, comme il le dit lui-même c'est la recherche de la Paix et de l'Equité pour le bonheur des hommes.

Quelques tableaux, figuratifs et oniriques vont éclairer ses révoltes, ses fantasmes et ses angoisses comme on peut le voir dans : ''La Vengeance des Fleurs'', ''L'Axe du Mal'', ''Mécaniques floues'', ''La Centaure'',''L'Angoisse du Temps'', choisis parmi tant d'autres (Cliquez sur l'image pour l'agrandir).

revanche des fleurs002.jpg

La VENGEANCE DES FLEURS: Ce combat futuriste entre l'Homme et la Nature a déjà eu lieu au Cambodge. Les temples kmers n'ont pas eu le dessus. Dans le tableau de J. Resch le conflit est dramatisé. La végétation luxuriante liée au réchauffement climatique a fissuré le béton, dévoré les immeubles. Les plantes carnivores ont vaincu l'homme. L'Harmonie entre la Nature et l'Homme a été rompue.

L'AXE DU MAL 2003  61X80.jpg

L'AXE DU MAL: Dans une ville dévastée, où la Guerre impose son empire et sa loi, une Noce festoie gouluement au détriment de noirs faméliques enchainés à leur table, Jouissance mortifère dans l'indifférence et le Chaos. Pulsion de Vie / Pulsion de Mort. L'Ethique est bafouée.

MECANIQUES  FLOUES 1979.jpg

MECANIQUES FLOUES: Un crane lisse, dolichocéphale, vu en plongée, sur fond noir, est relié par des cables multicolores à une machinerie complexe qui semble paradoxalement l'analyser. Une matrice d'ordinateur domine et gère l'ensemble. L'omme-objet est observé par ce ''Deus ex machina''. La relation Homme-Machine s'est inversée.

LA CENTAURE : Qui détient l'Autorité ? Semble nous dire cette toile.

la centaure 2000   61X80.jpg

Est-ce la gent féminine ? Au milieu, sur une plage, une Centaure, exposant sa croupe et son sein, débande son arc vers la mer en hurlant. Sur la gauche, deux femmes blanches, dénudées, s'adonnent à des jeux sado-maso avec un noir enchainé, souriant. Une grosse femme, nue, jambes écartées, à la volumineuse poitrine ressemblant à unecaricature de Dubout, est honorée par un noir microplasique.

Est-ce ce Négrier blanc, vêtu de noir qui surveille, une cravache à la main, des groupes de noirs enchaînés ? Au loin, des mercenaires en uniforme menacent des ''indigènes'' asservis.

Est-ce la Nature ? Car une énorme vague, analogue à celle d'OKUSAÏ, un véritable Tsunami, a déjà détruit une goëlette d'où s'échappent des naufragés nus et enchainés. D'autres sont projetés dans les airs ou bien sortent de leur cage.

Est-ce la Civilisation ? Un avion en perdition va s'écraser sur les humains...

La complexité du tableau fait ressortir le pouvoir oppressif des Hommes ( Les colonisateurs et les négriers), le désir et la jouissance sauvage des Femmes, le déchainement de la Nature et de la Civilisation.

Mais, quelques femmes blanches, correctement vêtues, semblent prendre conscience des dangers et prient.

Au centre, se dresse, debout, devant les Tables de La LOI, MOISE, le Flambeau de la Liberté à la main.

Est-il en train de frayer un chemin à son Peuple, celui de la Libération de l'esclavage lors du passage de la Mer Rouge?

L'ANGOISSE DU TEMPS: Dans cet espace clos, les différentes manifestations du temps sont figurées, précisées, suggérées.

jacques resch,surréalisme,hyperréalisme,dubout,dali bosch,brueguel,moise,loi

Le Temps de la Naissance et du sein maternel,

Le Temps de la Vie, du Désir, des lèvres sensuelles, de la pulsion scopique, de l'Homme-Animal masqué, de la cave aux secrets inavouables.

Le Temps de la Mort, de l'Horreur, de l'arrêt des pendules, de la fossilisation, de la dégradation et des déchets.

Sous le Regard fixe, tanscendantal et culpabilisant, les traces de la culture, et des Etres s'effacent,la Lumière diminue et s'éteint.

Que retenir de RESCH ?

Son caractère inclassable est double. Sa peinture est hyperdessinée, sculptée, voire ciselée telle une enluminure. Mais cette rigueur formelle, comme chez DALI, se détache sur des fonds qui en augmentent le relief. Leur transparence, leur gradient d'intensité ou leur profondeur est en harmonie avec le caractère onirique ou surréaliste du thème de chaque oeuvre.

Les Désirs, les passions se déchainent et n'ont plus de frein.

La Jouissance est parfois mortifère. L'Injustice, les transgressions de la LOI montrent les limites du tolérable et proposent une nouvelle Ethique. Les Fantasmes de Castration en sont la sanction.

La confrontation de la société africaine, panthéïste, admirative de la Vie et de l'immersion dans le Grand Tout est confrontée au désir de domination, voire d'exploitation du monde occidental.

RESCH s'est enraciné dans l'Histoire médiévale, moderne et contemporaine de la peinture.

JR 2012  EXPO GRABELS 10.665859_496873923665318_1010231314_o.jpg

Il est remonté aux origines de nos civilisations en plongeant dans l'inconscient collectif aux confins de l'innomable...

19/02/2013

Y-A-T-IL UNE CRISE DE L'AUTORITE ?

La question de l'autorité traverse notre société, au cœur de la famille, de l'éducation, du monde politique et économique. Un Colloque montpellierain éclairé par le Collège des Humanités vient d'en débattre ; car en fait, l'humanité recherche une boussole. Cette inconnue serait-elle l'Autorité ? Des philosophes, des psychanalyste, des juristes, des chercheurs de tous horizons ont croisé leurs opinions. En voici quelques échos.

Son origine étymologique, autoritas, vient de auctor, l'auteur, celui qui fonde et fait grandir, augere.

afficheAUTORITE.jpg

Thierry ELOI, universitaire et historien rappelle que, à Rome, on a autorité, seulement en tant qu' Homme, Libre. Venus est attirée par celle de Priap. A la naissance, le père exprime son autorité quand il reconnaît son enfant en l'élevant au-dessus de sa tête. Il l'exerce avec sa clientèle (ses amis), au stade, dans l'armée, et surtout au forum. Il contraint sa nature ce qui augmente son autorité. Le Stoïcisme, la philosophie aboutie de Marc AURELE, est l'essence de son intériorité. Celle-ci a autorisé l'évolution de la romanité vers le Christianisme.

CAPITOLE.jpg

Paul VALADIER , Jésuite et théologien, met en avant St PAUL et semble s'interroger : ''L'Autorité vient-elle de Dieu ?'' Dans la Genèse, l'Homme n'est-il pas appelé à dominer la Nature, et non pas l'homme, et ainsi à se soumettre à Dieu ? La soumission de l'homme à ses passions entrainerait alors une insoumission à Dieu.

Les autorités humaines seraient pour Valadier, un reflet de l'autorité divine. Elle se perdrait quand elle en serait indigne. L'Autorité serait attestée par la Loi. Elle serait liée au pouvoir, au savoir et au charisme d'un homme politique ou d'un savant.

P. Valadier conclut en homme de religion : L'Autorité, transmetteuse de vie, viendrait de Dieu et nous structurerait.

La salle réagit et s'exprime : On parle d'intégrisme... Pour un psychanalyste la transcendance ne saurait se collectiviser...Oui, l'autorité se défait elle-même... Hannah Harendt parle de disparition de l'autorité par perte de l'assise du monde...

Pierre Henri TAVOILLOT, philosophe et universitaire, au lieu de parler de ''Crise de L'autorité'', pense qu'il y a simultanément ou successivement, une Déconstruction et une Reconstruction de l'autorité à l'œuvre. Notre époque, dit-il, voit une métamorphose de l'autorité qui irait de mieux en mieux et de pire en pire.

Mais quelles en sont les sources structurantes ? Il en soupçonne trois principales :

L'Autorité du Passé :les lois n'ont-elles pas été produites par nos ancêtres ?

L 'Autorité Cosmologique  les lois de l'univers pourraient servir de paradigme, de référence.Il s'agit par exemple pour Aristote, Hippocrate, Confucius, de rétablir l'harmonie du corps au regard de celle du cosmos.

L'Autorité Théologique : celle de Dieu au service de l'Homme (cf exposé de P. Valadier).

Ce qui augmenterait serait donc le Passé, la Nature, Dieu.

Mais la pluralité de ces sources structurantes peut et a entrainé une explosion de la notion d'Autorité : On l'a vu à la Renaissance, notamment, avec la découverte de COPERNIC , avec l'excommunication de LUTHER, l'arrivée des helléniste de Byzance...

Sur quoi fonder alors la Modernité ? Comment reconstruire l'Autorité ?

-Par le Politique comme l'écrit MACHIAVEL en se fondant sur le Mal?

-Par l'accord mutuel, social, scientifique ?

Les habits nouveaux de l'Autorité modifient les modèles primordiaux :

La Compétence : le Savoir qui fonde le Pouvoir, dans la République des Experts ?

Le Charisme ? Mais il peut se métamorphoser en un ''Gourou toxique'', en un dictateur hitlérien ? Le charisme n'est-il pas une illusion dangereuse ?

Le Compassionnel ? On en voit les limites à la télé...

La conclusion de P.H. Tavoillot est celle d'un philosophe : L'Autorité c'est la réflexion, l'hésitation, le doute qui ne se laissent pas synthétiser. C'est la critique de l'autorité qui ferait autorité...

La salle réagit positivement : On affirme... la puissance du Non-Savoir chez les psychanalystes,...les trois autorités Tradition/Cosmos/Sacré,...la Construction/Déconstruction,...on évoque FREUD , la Pulsion de vie /Pulsion de mort,...LACAN , la Pulsion de vie et le plus de jouir...

La Psychanalyse se devait de donner son opinion. Citons l'écrit introductif d'Anna MIRABILE, psychanalyste, du Collège des Humanités :

''L'Autorité ne relève ni de l'être ni de l'avoir. Elle n'est affaire ni de savoir ni de pouvoir.Elle est l'effet du dire de quelqu'un dont le désir est mobilisateur pour qui le reçoit... L'autorité ne se décrète pas, elle est toujours accordée à celle ou celui qui se situe dans un rapport à l'impossible à nul autre pareil. Sa parole agit comme une parole Autre qui peut enseigner et transmettre... Celui à qui on confère une autorité est celui qui se tient dans la docte ignorance, à l'instar du Maître antique, ou la figure symbolique du Père qui indique une voie, celle du Désir et de la LOI. Désir et Loi sont noués, faisant limite au toujours plus de satisfaction, en barrant la jouissance mortifère. Fut-elle limitée par le suffrage, l'Autorité est aujourd'hui insupportée. La voici subvertie par le mépris des différences, par le rejet ou le refus de toute hiérarchie, au pâle motif d'une équivalence consensuelle et d'un égalitarisme illusoire. Là sont réunis les germes d'une tyrannie et d'un totalitarisme à l'évidence déjà à l'œuvre''.

DSCN4435.JPG

Mais cette Autorité Conceptuelle est confrontée au Pragmatisme de la Post-Modernité. Elle se doit d'assimiler et de dépasser les notions de Compétence, de Savoir et de Pouvoir afin d'asseoir sa légitimité, en toute Justice, dans la Réflexion critique et la ''Praxis'' aux confins du Réel.