Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/05/2012

RESISTING THE PRESENT

Le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris confirme et consacre l'émergence du Mexique dans l'art contemporain en présentant à l'ARC l'exposition ''Resisting the présent, Mexico 2000/2012.''

 

20.Reygadas.jpg

Une vingtaine de jeunes artistes, succédant à la génération des années 90, font rayonner sur la scène internationale leur prise de conscience et les tensions sociales liées aux lourds problèmes que connait leur pays liés à la corruption, l'imigration, la violence et la criminalité sous-tendus par la diffusion de la drogue. La ''Revolucion'', intégrée dans leur vie politique par le P.R.I. (Parti Révolutionnaire Institutionnel), est en relation avec la Globalisation économique, le traité de l'ALENA de 1994 et les accords de libre échange américain, la déclaration de guerre aux narcotrafiquants.

Où et comment s'expriment-ils ? La multiplication des lieux d'exposition a été stupéfiante : lieux alternatifs, galeries, collections privées, institutions professionnelles, universités. La foire de Mexico, Zona Maco, consacre leur vitalité et leur dynamisme. Leur mode d'expression est multiple depuis le dessin, base traditionnelle des caricatures, du Surréalisme et du Street Art jusqu'aux modes de créations inédites, des Installations, des Videos, des Films en passant par les sculptures et même les peintures.

Qui sont-ils ? Parmi les artistes, qui méritent tous d'être cités:

Ilian Lieberman est sensible aux nombreuses disparitions d'enfants, enlevés, criminalisés, tués. ''Nino perdido''L'artiste retrace au crayon une centaine de portraits en instaurant un caractère flou, un espace de silence et de méditation. Ces images commémoratives, dépersonnalisées, évoquent la présence/absence d'un être dont la société porte le deuil.

8C.Ian Lieberman.jpg

(Graphite sur papier - Courtesy de l'artiste et Galeria Desiré Saint Phalle, Mexico)

Bayrol Jimenez dessine un univers cahotique et baroque, mythique et halluciné, retraçant la guerre des narcos et la présence de l'aigle impérial dans ''Maldito''

3C. Bayrol Jiménez .jpg

 (Acrylique sur papier - Courtesy de l'artiste et galerie Dukan Hourdequin, Paris)

Jonathan Hernandez représente un fémur d'éléphant peint aux couleurs du mexique (Femur de elfante mexicano). Il dénonce avec Pablo Sigg la vacuité, publicitaire notamment, d'un monde hypermédiatisé.

21.Jonathan Hernandez et Pablo Sigg cop.jpg

 (Os et peinture à l'huile - Courtesy des artistes et Galeria Kurimanzutto, Mexico - Photographie Estudio Michel Zabé)

Marcela Armas s'intéresse à l'écologie, à notre société d'abondance et de gaspillage. I Machinarius est une chaine motorisée, entrainée par des roues dentées d'où s'écoulent des traces de pétrole. Le contour de cette chaine est celui de la carte du Mexique inversée. Les suintements souillent la frontière des Etats Unis avec qui le Mexique a des rapports complexes.

12B.Marcela Armas.jpg

 (Courtesy de l'artiste et Arroniz Arte contemporaneo, Mexico - Photographie Carlos Varillas, Fundacion Amparo)

Arturo Hernandes Alcazar réalise des installations à partir de déchets, de matériaux trouvés. Il est inspiré par leur valeur symbolique.  Papalotes negros est composé de 250 cerfs-volants noirs, spacialisés et fixés. La charge symbolique relie un événement historique de la guerre d'indépendance mexicaine à la période violente actuelle.

2 B. Arturo Hernandez Alcazar, MAMVP.jpg

 (Courtesy de l'artiste - Photographie Carlos Varillas, Fundacion Amparo)

Natalia Almada, par sa double nationalité américaine et mexicaine est sensible aux problèmes de frontière, d'immigration et de drogue qui lui sont attachés.  ''El velador'' se déroule dans un cimetière privé de Culiacan au nord du pays. La guerre contre les cartels et entre les clans a fait exploser le nombre de tombes au luxe inouï. La jeunesse de leurs occupants témoigne également de la gravité du problème.

15.Natalia Almada.jpg

 (film couleur  HD 72' - © Altamura Films, Courtesy Doc & Film International)

Carlos Reygadas réalise plusieurs longs métrages dont Serenghetti (2009) : une rencontre inopinée de deux équipes féminines de football dans un cadre sauvage et une ambiance irréelle.

 

20.Reygadas.jpg

(Courtesy Canana Producciones et Tamasa Distribution)

Gianfranco Rosi est un artiste international qui a étudié à la New York University Film School. El Sicario, Room 164 (2010) relate l'interview détaillée d'un tueur à gage, un sicario

Bien que reliés aux influences de l'Art International, les expressions des artistes mexicains de la dernière génération montrent une conscience exacerbée de leur identité nationale, de l'environnement au sein duquel ils évoluent, des problèmes liés à leur statut, de la richesse des échanges dans lesquels ils interviennent.

Ils manifestent d'une manière existentielle, fondatrice et symbolique, leur résistance active aux forces destructrices auxquelles ils font face. Ils méritent d'être compris et soutenus.

02/05/2012

Christopher WOOL au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Ce peintre américain, né à Chicago en 1955, est présenté comme une figure majeure de l'Art Contemporain.

L'objet de sa création est la Peinture Abstraite qu'il approfondit depuis les années 1980, à New York, influencé par l'Art Underground. Il explore les limites de la Peinture Informelle et du Pop-Art auxquels il emprunte les concepts. Une gestuelle expressionniste cotoie une rigueur minimaliste.

Puis, au cours des années 2000, on assiste à une métamorphose, visible dans la trentaine de grandes toiles exposées ici. On observe trois types d'oeuvres composées :

     - de grandes taches noires ou parfois brunes,

     - de traits noirs ou rouges, sinueux, sans commencement ni fin,

     - de zônes brouillées, ayant les caractéristiques précédentes.

Elles méritent d'être comprises et interprétées car elles éclairent le processus de création, résolument moderne.

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

Les différentes techniques utilisées, comme le spray, les images sérigraphiques, la reproduction numérique, permettent de réaliser des juxtapositions, des chevauchements, des recouvrements telles des plaques teluriques . On assiste aussi à tout un travail sur ces ''Images-Sources'', des additions, aggrandissements, recompositions, effacements. Ces thèmes sont repris et développés d'un tableau à l'autre comme une structure génétique en mutation constante.

Une peinture laquée, vient souvent achever l'unité de chaque tableau.

La recherche de sens est beaucoup plus difficile.

Ces tableaux informels suggèrent des tests psychologiques projectifs où chacun peut retouver sa personnalité. Cependant, des assemblages de formes s'opèrent, des structures apparaissent malgrè le caractère aléatoire, chaotique et inconscient du phénomène. Par leur répétition, observable, ces formes échappent en partie à la psyché de l'observateur pour être attribuées à la pensée créatrice de l'artiste.

Les taches : La convergence de celles-ci au fil des séries semble aboutir à la structuration signifiante d'un encéphale, voire de deux hémisphères cérébraux dans une image de ''screen-split''.

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

Les lignes, tortueuses évoqueraient le chemin labyrinthique de la pensée. (J'évoque là, un séminaire de l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes des Sciences Sociales) sur ''les graphes et la pensée'' auquel j'ai participé).

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

Les zônes brouillées, véritables palympsestes,font penser à des phénomènes de désintégration et/ou de régénération, peut-être un travail sur la mémoire.

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

La démarche de Christopher WOOL est extrêmement intéressante à plusieurs titres :

Elle intègre la Liberté de la gestuelle, de la technique et de la pensée.

Elle tend vers une synthèse des pratiques américaines à la conquête de l'Art Abstrait.(Ground Art, Pop-Art, Expressionnisme de Pollock, Art de la Publicité...)

Elle retrouve dans son dernier style les sources de l'Art Européen des années 50, correspondant aux année de naissance de C. WOOL.(DEGOTTEX, HARTUNG, G. SCHNEIDER, FAUTRIER,DUBUFFET, WOLS,G. MATHIEU, SOULAGES).

Une recherche moderne et pragmatique de la création technologique. (Sérigraphie, Numérique).

Une évolution vers la compréhension de la structure pensante afin de prendre la création à sa source et qu'on ne dise pas : « le sujet n'est pas celui qui pense ».

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

06/03/2012

LES DEUX JOCONDE

La mise en lumière, après restauration, au Musée du Prado, d'une excellente copie du chef d'oeuvre de Leonard de VINCI , annoncée par le ''Journal de l'Art britannique'',et confirmée par Madrid, permet de relancer l'intérêt de la Communauté Internationale pour cette oeuvre mythique.

Les deux tableaux de Mona Lisa sont présentés en parallèle au Louvre dès le 26 Mars 2012.

http://cultura.elpais.com/cultura/2012/02/01/actualidad/1...

Des experts s'autorisent à penser que la copie aurait été réalisée dans le même atelier et en même temps que l'original par un disciple proche de L.d.V.

La comparaison de ces deux tableaux va certainement permettre de mieux comprendre la genèse de La Joconde et les relations de L.d.V. avec son modèle.

Sans préjuger des découvertes à venir , que peut-on observer et dire dès à présent ? Que peut-on supposer ?

Le ''Clone madrilène''

éclairci, paraît plus jeune, débarassé de ses vernis.

Son arrière-fond, qui était complètement repeint en noir, réapparait analogue à celui de l'original. C'est à peine si on observe que l'équilibre droit et gauche des plans d'eau est respecté. (Mais, en supprimant les vernis de la Joconde du Louvre n'aurions-nous pas les mêmes effets ?).

Le Sourire est assez proche.

Le Regard est centré sur l'observateur. Son oeil gauche nous fixe.

Le Front est moins haut.

La Gorge est moins marquée.

La ''Joconde originale''

Malgré la surcharge de vernis,

Le Sfumato donne une profondeur temporelle et psychologique importante.

Le Regard n'est pas rivé sur nous mais glisse sur notre droite et derrière nous, vers un ailleurs innommable.

Le front est plus vaste.Certainement plus haut comme on peut le percevoir en le comparant d'une manière fine avec un curseur (cf lien ).

La Gorge est plus profonde. Les seins sont plus présents.

Les différences que l'on constate montrent que les observations du copiste et les préoccupations du Maître sont divergentes. Elles pourraient renvoyer à l'histoire de L.d.V..

D'un côté Mona Lisa est une jeune et belle femme, réaliste qui nous observe, et de l'autre, il y a une mère au regard perdu, méditatif et dont le corps baigne dans un clair obscur mystérieux.

Qui est le modèle ?

Avancé par VASARI, attesté par un manuscrit découvert à Heidelberg, il semble s'agir de Mona Lisa Gherardini del Giocondo, née en 1459, troisième épouse de Francesco del Giocondo, un marchand de soie florentin. Elle aurait été présentée à L.d.V. par son père qui a une propriété voisine.

D'autres historiens ont cependant hésité devant d'autres possibilités. Il pourrait s'agir de:

Catherine SFORZA, Princesse de Forli, à cause de la ressemblance d'un portrait peint par Lorenzo di Credi, un ancien camarade d'atelier de L.d.V L lorsqu'il fait ses débuts chez VERROCCHIO.

Constance d'AVALOS, Duchesse de Francavila, aimée de Julien de MEDICIS, frère du pape LEON X. L.d.V. en aurait fait le portrait ainsi que l'atteste un poème. Cette femme exceptionnelle qui règne ultérieurement dans le château d'Ischia laisse une empreinte sur la Renaissance.

Isabelle d'ESTE, épouse de François de GONZAGUE, marquis de Mantoue.

Andrea SALAI, disciple et compagnon de L.d.V. , car il existe une similitude avec des tableaux pour lesquels il aurait été pris comme modèle: ''Saint Jean-Baptiste'', ''l'Ange'', ''La Vierge,l'enfant Jésus et Sainte Anne'' : http://fr.wikipedia.org/wiki/Salai.

 Que représente la Joconde pour L.d.V. ?

Dans l'hypothèse la plus vraisemblable, celle de Lisa del Giocondo, il est à noter qu'elle aurait eu après son mariage et avant 1503, 3 enfants: La cadette est décédée en 1499, et le 3e, Jérome est né en1502. Ainsi c' est en deuil de sa fille de quatre ans et avec une maternité récente qu'elle se présente devant L.d.V..

De son côté, L.d.V. a une histoire qui fait écho: Il est l'enfant illégitime d'un père notaire, Chancelier et Ambassadeur de la République de Florence et d'une Paysane. (certains parlent d'une esclave.)

Il est retiré très rapidement à sa mère avant d'être admis définitivement à l'âge de 5 ans dans la famille paternelle. Les femmes successives de son père prennent grand soin de lui ainsi que ses grands parents.

Mais parvient-il à oublier le visage de sa mère dont la ''Gestalt'' a marqué à jamais sa psyché?

N'est-ce pas ce visage qui le hante dans les différents visages qu'il représente tout au long de sa vie et dont on remarque la ressemblance? Est-ce un hasard si Constance d'AVALOS ressemble à SALAI?, Si Saint Jean a la même morphologie que la Joconde?

Freud lui-même pense que Mona Lisa serait l'évocation de sa mère.

En conclusion...

Les deux Joconde, par les différences imperceptibles qu'elles manifestent, permettent de suspecter le rôle de ''la mère'' chez les femmes rencontrées et peintes par L.d.V.

A travers une quête personnelle, celle d'un visage maternel idéalisé, L.d.V. semble atteindre un idéal d'humanité, (ce que ne contrediraient pas LEVINAS et RICOEUR).

On le comprend alors lorsqu'il dit: <<Facile cosa é farsi universale>>. (Il est facile à un homme de se rendre universel.)

Le rayonnement de la Joconde, passant par RAPHAËLet les artistes de la Renaissance, parvient jusqu'à nous comme une icône dont la Présence nous émeut.