Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/01/2017

Raymond MUSTACCHI

Quel plaisir, d'évoquer son parcours, sa trace et son empreinte.

Issu du pays, mère de cultures plurimillénaires, l'Egypte, où le soleil est roi, au sommet des pyramides, Raymond MUSTACCHI est aspiré très jeune, par le rayonnement de la vie artistique française.

Il écrit des poèmes au ''Petit Louvois, un café-théâtre parisien, les mets en musique et les chante à St Germain des Près, Maubert ou Montmartre et dans quelques émissions de radio ou de télé.

Il côtoie Jacques BREL, Pierre PERRET, Yves MONTANT , Serge REGGIANI, PICASSO.

Il entre à la Sacem...

Il découvre les vitraux de Chartres et c'est le coup de foudre. Sa vocation est scellée.

Il cheminera de la poésie à la peinture, de la couleur à la lumière, du pragmatisme à la créativité, de l'altruisme à la spiritualité.

Les INFLUENCES de Raymond MUSTACCHI 

S'il est un peintre accompli, autonome, reconnaissable, mais toujours en évolution, il est intéressant de rechercher ses sources d'inspiration à travers la multitude des maîtres qui l'ont précédé.

Certes, les vitraux de Chartres ont été un phénomène déclencheur par l'éclat, la luminosité, la couleur et la spiritualité sous-jacente.

Des peintres coloristes comme RUBENS, et surtout, Van GOGH sont venus conforter cette impression.

PICASSO lui a transmis son audace et sa créativité communicative et

Nicolas de STAEL lui a transmis son goût pour la limite de l'abstraction.

MATISSE l'a marqué par l'épuration de la forme.

MONET s'est révélé influent par l'abstraction de ses fonds, si riches dans ses nymphéas, traduisant les remous de son inconscient.

André LHOTE , bien que peu coloriste, a laissé son empreinte par ses théories et sa pédagogie.

La description de quelques œuvres donnera la mesure de la diversité et de la richesse de Raymond MUSTACCHI : Citons

NU, LE PIANO DE CONCERT N°2, MUSIQUE DANS L'ESPACE

NU : Une femme accroupie, presque de profil, médite chastement, tournée vers son passé. Son corps est sculpté par la lumière qui nimbe le sommet de sa tête par une multitude de pinceaux lumineux, lesquels, venant du zénith, transcendent son être et l'arrachent à l'ombre qui l'entoure. La couleur rouge-orange de sa chair s'élève telle un vitrail vers le jaune cristallin de ses cheveux et le blanc immaculé de son vertex.

NU012.jpg

MUSIQUE DANS L'ESPACE

Alto, violon, violoncelle et contrebasse, le quatuor s'entrouvre et se déploie tel un bouquet d'instruments.

Les courbes féminines des ''caisses de résonance'' se mêlent érotiquement aux ''manches '' rigides prolongés par leur ''volute en de baroques arabesques.

Les ''cordes'' vibrent sous la lumière de toute leur ''âme''.

Puis des rythmes syncopés apparaissent. L'énergie des rouges fait chanter joyeusement les jaunes et la spiritualité bleutée en des accords parfaitement mélodieux.

Les instruments rutilent et se fragmentent en ce monde musical éclaté.

MUSIQUE013.jpg

L'ANNEAU de MOEBIUS

Est-ce l'anneau de Moebius figurant la psyché, ou bien une ''pellicule cinématographique'', celle d'une vie, enroulée, déroulée, blanche d'un côté, ombrée de l'autre, codée, barrée d'une manière subliminale, sur un fond ''B.K.I.'' allant du caeruléum à l'indigo ?

Le tortillon vital évolue dans l'espace, tel un A.D.N. géant, dessinant un 8 couché, évoquant l'infini, revenant, coloré des expériences traversées pour se fondre dans l'immensité spirituelle des bleus et des énergies écarlates de mondes inconnus.

raymond mustacchi,peinture,musique,symbolisme,cubisme,vitrail

 

30/11/2015

Quelques Lauréats du Salon d'Automne 2015

Le SALON D'AUTOMNE, fondé en 1903 en réaction à l'académisme officiel, vient de se tenir sur les Champs Elysées. Il a exposé plusieurs centaines d'artistes nationaux et internationaux dans ce que Noêl CORET, son Président International définit comme la ''Fraternité des l'Arts''.
Cette année,  sa nouvelle Présidente, Sylvie KOECHLIN a tenu à rendre hommage à CABU , invité d'Honneur en 2013, et à WOLINSKI, invité en 2014, disparus dans les conditions tragiques que l'on connait.
MOEBIUS, génial dessinateur de bandes dessinées était honoré à l'entrée du Salon, de même que le sculpteur Ousmane SOW, membre de l'Académie des Beaux Arts .
Françoise FABIAN, comédienne au talent reconnu était la Marraine de ce Salon.
La richesse et la qualité des œuvres exposées est liée à la personnalité des artistes et la sélection d'un jury ouvert, à la recherche de nouveautés. Ces qualités font de ce salon, un des plus courus de Paris.
Le Jury des Amis du Salon d'Automne, présidé par Jean DESVILLES, peintre et cinéaste, composé de galeristes, de collectionneurs, d'éditeurs et d'artistes reconnus, ont attribué des prix aux artistes de  différentes disciplines.
Citons-en quelques uns. Les œuvres décrites donneront une idée de la richesse du salon.
 
Michèle TAUPIN s'est vue attribuer le Prix de Peinture, pour son tableau intitulé ''Les Saveurs''.

Ses femmes nous sont proches et lointaines, jeunes, hiératiques et distantes.

Nous les retrouvons en évoquant les ''Femmes d'Alger' de DELACROIX, ''Les Odalisques'' d'INGRES, les musiciens de GIORGIONE, Rebecca de POUSSIN, les déesses de la mythologie grecque, les femmes monumentales de PICASSO.

Tout est forme et couleur, lignes et courbes, structures, beauté et harmonie. 

La femme règne, bienfaisante et intemporelle.

IMG_4904.jpeg

Anne ROUSSEL a reçu le Prix de Sculpture avec le ''Polyactère'' (plusieurs caractères).

Ce large ruban de couleur or, se déroule dans l'espace, se tord, décrivant des lettres serpentiformes.

On pense à l'anneau de Moëbius, symbole de la psyché. Mais, ici, on a une origine, un trajet et une fin, tout en reflétant par endroit, intensément, la lumière, ménageant des ombres, se laissant contempler. Ses pleins dialoguent avec des vides, ménageant des espaces complexes, à la recherche de sens, d'absolu, conscient de sa finitude, comme la vie … et ses manques, innombrables.

Ployactere SXO.jpeg

Manuel JUMEAU, Prix de Gravure pour son œuvre, ''Arbrhomme'', montre un visage d'homme de profil. Un arbre s'y déploie, constitutif et lumineux. Son tronc, ses branches et ses ramifications vascularisent et nourrissent son être.

L'identification de l'homme et du végétal, métonymie du vivant, évoque la complexité multiple de l'évolution et l'unité du projet de la création.

Cette créature de lumière surgit de la matière noire d'un ''réel'', insondable.

IMG_4903.jpeg

Charlotte MASSIP , pour son œuvre originale, ''David'',a eu le Prix de la Gravure et le Prix Jean ANOUILH.

Le David de MICHELANGE, apparaît, décontracté, tout en hauteur, mais, sa représentation, bien vivante d'apparence, est tronçonnée en trois fragments superposés, partiellement disséqués jusqu'à l'os, laissant percevoir par endroit des portions de vertèbres, de thorax, de bassin, de fémur ou de tibia.

Des engrenages baroques ravalent son visage.Son abdomen, cerclé est fouaillé d'un enchevêtrement inexprimable. De son bassin à l'ossature redessinée en profondeur, surgit un sexe charnel au-dessus de ses ischions. Ses genoux, ses jambes sont travaillés de bandelettes et de chainettes métalliques spiralées. A ses pieds, un bestiaire miniature élève David au rang de géant.

La dissection de l'Homme, est une véritable ''déconstruction'' technologique sous le feu croisé de l'imaginaire anatomique, chirurgical, architectural et biologique. La ''reconstruction'', également chère à DERRIDA appartient au spectateur qui désire retrouver la beauté par delà les épreuves du vainqueur de Goliath.

David-Massip 204 cm x 72 cm. .jpeg

29/05/2015

Ma TSE-LIN

Les peintures de Ma TSE-LIN, sont exposées à l'Espace Marc-Arthur KOHN, Avenue Matignon à Paris.

Nous avons apprécié les œuvres de cet artiste et nous remercions la Galerie de nous avoir communiqué son catalogue.

Ma TSE-LIN est né à Canton en 1960 d'une famille bourgeoise intellectuelle.
Il a appris à vénérer Bouddha en accompagnant sa grand-mère dans les temples.

Diplômé de l'Ecole des Beaux Arts de Pékin et en 1983, de l'Institut Central des Arts et Métiers de Pékin. Il vient à Paris où il devient diplômé de l'Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Paris.

Son talent, reconnu, il expose à Beaubourg en 1988 et devient citoyen français.

Il côtoie ZAO WOU-KI, un grand maître franco-chinois de l'Art Contemporain (voir ma note sur cet artiste, en cliquant ici).

En 1988, il est invité à la Biennale de Shanghai.

Il visite les temples de Jade et c'est alors la révélation. Il représentera des images du Bouddha, symbole de sérénité, de simplicité, de renoncement et d'apaisement.

Ma TSE-LIN renoue avec la Chine immémoriale, dont le Bouddha est un symbole de Paix et d'Harmonie.

L'enseignement du Bouddha vise la quête de la Connaissance, l'Essence de la Spiritualité, afin d'atteindre l'Absolu par la méditation, en faisant coïncider l'Ame individuelle(le Brahman), avec le Tout Divin, (l'Atman).

  

L'oeuvre de Ma TSE-LIN nous apporte, par le détour de l'Art, un message spirituel et de Paix dont nous avons besoin.

Pour visualiser les oeuvres du catalogue, cliquez ici.