Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/02/2012

POURQUOI ENCORE LA PSYCHANALYSE ?

Après les critiques et les attaques contre FREUD et la Psychanalyse, Georges BOTET PRADEILLES, Psychanalyste, Docteur en Psychologie, écrivain, dans ce magistral essai, répond aux questions que tout un chacun se pose.

freud,psychanalyse,georges botet pradeille

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Il écrit :

 << La psychanalyse? Rien n'est plus simple. C'est trouver un lieu, un témoin et recevoir l'autorisation de rendre votre pensée et votre imagination libres, mobiles et réversibles. Le temps est aboli. Toute mise en scène est différée. On ne subit là aucune autre pression que de trouver les mots qui signifient notre désir et sans nous engager à quoi que ce soit. On peut réélaborer ce qui resta inachevé, retrouver les mots qui ne furent pas dits et même reconstruire imaginairement ce qui fut perdu. Le possible nous est rendu. Nous redécouvrons notre place dans notre histoire dont le sens évolue et se restaure sans cesse. Il suffit d'oser dire ce qui vient et revient. Sans intention, sans crainte, sans tabou. Parler sans ce semblant qu'on met partout ailleurs pour prendre place, convaicre, séduire, tenir pied, sauver peut-être une certaine face.

Le psychanalyste n'est pas là pour conseiller, se substituer au savoir. Il est seulement ce témoin nécessaire pour aller vers l'Autre au-delà des craintes, des résistances et des illusions de ce Moi solitaire où l'on se fortifie. On rencontrera peut-être au terme de ce chemin l'autre et une meilleure culture. On construit un savoir vivre qui fait pendant à ce savoir mourir dont notre époque fait farouchement le déni. Cela s'explique peu, mais s'entend dans de nouveaux degrés de liberté de parole et de nouvelles déclinaisons de son propre rôle que l'on invente au fil de la découverte de nouveaux supports symboliques.

L'expérience vient à point dans l'explosion des familles et le déclin irréversible des rudes valeurs du siècle dernier. Dans un monde post moderne décloisonné et sans repère, la psychanalyse ne libère plus le sujet de ses contraintes, elle le reconstruit.

Pourquoi encore la psychanalyse ? Il n'y a pas de réponse autre que cette nécessité de se donner un espace humain subjectif vivable entre inconscient et conscient, entre l'affectif et le savoir, quand tout devient objet, y compris soi-même>>.

05/10/2011

L'HOMME DU XXIème SIECLE et son ''Malaise''

Tel est le thème que le Collège des Humanités a abordé récemment à Montpellier.

Notre monde du XXIème siècle serait-il désenchanté? Le Bonheur est-il un dû ?

La souffrance de l'être et la douleur d'exister pourraient-elles être éradiquées par les progrès de la Science et de la Technique ou bien est-elle inhérente à l'humain cherchant la voie de sa Liberté en tant qu'être parlant ?

L'Homme ''nouveau'' est annoncé, soutenu par les conquêtes dans tous les domaines, modifiant nos concepts d'espace et de temps ainsi que notre rapport au corps et à sa finitude.

Mais l'impératif marchand et consumériste s'impose. Une pluie d'objets est proposée pour combler le manque à être. Des lignes de fracture apparaissent :

- L'effritement de la Spiritualité, le déclin de l'Autorité et la contestation de la Loi du Père

- La dislocation de l'Etat-Providence, de la Famille et de l'image de la Mère protectrice.

- Les cadres Ethiques, Religieux, Politiques, Economiques se dissolvent, entrainant un délitement du ''Lien Social'' et son cortège de Frustrations, d'Angoisses, de Violences, de Ruptures et de Dépressions...

L'attente d'une vie meilleure est toujours là.

La Science tente de substituer une Réalité au Réel.

Le corps évolue, se couvre de prothèses endogènes et extérieures, devient ''Hybride'' grâce aux progrès de la Chirurgie, de la Biologie, de la Génétique, des Nanotechnologies. L'Imaginaire numérique prolonge cette liste par des évocations virtuelles futuristes : les Clones, Cybord, Matrix et autres Aliens. La notion d'Identité humaine se complexifie dans ''l'Homme-Machine'' jusqu'à disparaître.

L'Art Contemporain, ''Post-Humaniste'' tente d'apporter ses solutions par ses recherches éperdues de Liberté et de Transgression.

La Neuro-biologie tente de comprendre le Cerveau, ses circuits, ses mécanismes, ainsi que les mystères des émotions et de la pensée.

La Psychanalyse s'intéresse à l'être parlant en tentant de ''délier'' par la parole ''les mots des maux'' afin de comprendre et d'accepter la ''souffrance de l'Homme''.

23/09/2011

LE MUSEE D'ANATOMIE DE LA FACULTE DE MEDECINE DE MONTPELLIER

LA JOURNÉE DU PATRIMOINE m'a donné l'occasion de revoir le MUSÉE D'ANATOMIE DE MONTPELLIER, de me replonger dans l'histoire de la Faculté de Médecine et d'évoquer des souvenirs personnels.

entree_barthez_lapeyronie.jpg

Dès ses origines, vers 880, Montpellier est une zone de passage et de commerce.

C'est un descendant des GUILHEM, qui, en 1180, promeut la liberté d'enseignement et de pratique médicale grâce à des praticiens Juifs, Arabes et Chrétiens.

En 1220, le Pape HONORIUS III propose par son Légat, la fondation de l'école de Médecine.

Des maîtres accroissent sa renommée :

Arnaud de VILLENEUVE, au 13 e siècle,

Gui de CHAULIAC, au 14 e siècle,

RABELAIS, qui enseigne au 16 e siècle.

Du 17 e au 19 e, la Faculté poursuit son rayonnement en élaborant des doctrines, dont celle de BARTHEZ prone '' Le Vitalisme''.

En 1794, La Révolution confirme Montpellier comme une des trois Ecoles Nationales de Santé.

Le Chimiste et Député CHAPTAL crée un ''CONSERVATOIRE ANATOMIQUE'', qui se développe au fil des décennies et jusqu'à nos jours, sous la direction des différents Conservateurs pour servir de base à l'enseignement médical. Il absorbe le fruit de connaissances Embryologiques, Anatomo-pathologiques, Anthropologiques, Médico-légales. Il comprend:

Une collection de pièces de cire, remarquables, modelées par l'artiste florentin Felix FONTANA,

Des squelettes de vertébrés, permettant l'Anatomie Comparée

Une vitrine de Tératologie, étudiant les Monstres et les malformations congénitales

Des moulages colorés objectivant des maladies dermato-vénériennes

Différentes coupes anatomiques, des travaux de prosecteurs d'anatomie, des planches illustrées , venant enrichir cette collection..

Des souvenirs de ma vie étudiante se cristallisent dans un lieu proche, la Salle de Dissection, interdite ce jour pour des raisons de sécurité.

ecorche_pelle.jpg

Je ne peux m'empêcher de penser à cette première séance, dans cette vaste pièce aux froides tables de pierre, où je dois affronter la vision de ces cadavres rigides et grisâtres encore pleins de leur humanité. Des odeurs fortes et acres imprègnent ce qui est alors pour moi le temple de la science et les clés de mon avenir. Une tension palpable, aigüe, entoure la parole du prosecteur qui officie. Les premières incisions, enclanchent le rite d'une objectivation sacrée auquel REMBRANDT n'aurait pas été insensible. La communauté des '' Carabins '' s'affaire, silencieuse, en blouse blanche , un scalpel à la main. Progressivement une fumée apparaît et une odeur de tabac se mêle névrotiquement à celle du formol. Je n'oublie pas cette séance où chacun affronte l'angoisse de mort.

L'enseignement de l'anatomie a singulièrement évolué, chaque étudiant dispose actuellement, d'un ordinateur où des images tomodensitométriques en 3 D ne laissent rien ignorer des secrets anatomiques de l'être humain.

 En quittant ce lieu chargé de 800 ans d'histoire, de tolérance et d'humanité, je ne peux qu'être confiant et serein devant le passage de la tradition à l'ouverture didactique de l'enseignement réalisé par des maîtres de qualité au service de l'Idéal d'HIPPOCRATE.