Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/11/2015

Quelques Lauréats du Salon d'Automne 2015

Le SALON D'AUTOMNE, fondé en 1903 en réaction à l'académisme officiel, vient de se tenir sur les Champs Elysées. Il a exposé plusieurs centaines d'artistes nationaux et internationaux dans ce que Noêl CORET, son Président International définit comme la ''Fraternité des l'Arts''.
Cette année,  sa nouvelle Présidente, Sylvie KOECHLIN a tenu à rendre hommage à CABU , invité d'Honneur en 2013, et à WOLINSKI, invité en 2014, disparus dans les conditions tragiques que l'on connait.
MOEBIUS, génial dessinateur de bandes dessinées était honoré à l'entrée du Salon, de même que le sculpteur Ousmane SOW, membre de l'Académie des Beaux Arts .
Françoise FABIAN, comédienne au talent reconnu était la Marraine de ce Salon.
La richesse et la qualité des œuvres exposées est liée à la personnalité des artistes et la sélection d'un jury ouvert, à la recherche de nouveautés. Ces qualités font de ce salon, un des plus courus de Paris.
Le Jury des Amis du Salon d'Automne, présidé par Jean DESVILLES, peintre et cinéaste, composé de galeristes, de collectionneurs, d'éditeurs et d'artistes reconnus, ont attribué des prix aux artistes de  différentes disciplines.
Citons-en quelques uns. Les œuvres décrites donneront une idée de la richesse du salon.
 
Michèle TAUPIN s'est vue attribuer le Prix de Peinture, pour son tableau intitulé ''Les Saveurs''.

Ses femmes nous sont proches et lointaines, jeunes, hiératiques et distantes.

Nous les retrouvons en évoquant les ''Femmes d'Alger' de DELACROIX, ''Les Odalisques'' d'INGRES, les musiciens de GIORGIONE, Rebecca de POUSSIN, les déesses de la mythologie grecque, les femmes monumentales de PICASSO.

Tout est forme et couleur, lignes et courbes, structures, beauté et harmonie. 

La femme règne, bienfaisante et intemporelle.

IMG_4904.jpeg

Anne ROUSSEL a reçu le Prix de Sculpture avec le ''Polyactère'' (plusieurs caractères).

Ce large ruban de couleur or, se déroule dans l'espace, se tord, décrivant des lettres serpentiformes.

On pense à l'anneau de Moëbius, symbole de la psyché. Mais, ici, on a une origine, un trajet et une fin, tout en reflétant par endroit, intensément, la lumière, ménageant des ombres, se laissant contempler. Ses pleins dialoguent avec des vides, ménageant des espaces complexes, à la recherche de sens, d'absolu, conscient de sa finitude, comme la vie … et ses manques, innombrables.

Ployactere SXO.jpeg

Manuel JUMEAU, Prix de Gravure pour son œuvre, ''Arbrhomme'', montre un visage d'homme de profil. Un arbre s'y déploie, constitutif et lumineux. Son tronc, ses branches et ses ramifications vascularisent et nourrissent son être.

L'identification de l'homme et du végétal, métonymie du vivant, évoque la complexité multiple de l'évolution et l'unité du projet de la création.

Cette créature de lumière surgit de la matière noire d'un ''réel'', insondable.

IMG_4903.jpeg

Charlotte MASSIP , pour son œuvre originale, ''David'',a eu le Prix de la Gravure et le Prix Jean ANOUILH.

Le David de MICHELANGE, apparaît, décontracté, tout en hauteur, mais, sa représentation, bien vivante d'apparence, est tronçonnée en trois fragments superposés, partiellement disséqués jusqu'à l'os, laissant percevoir par endroit des portions de vertèbres, de thorax, de bassin, de fémur ou de tibia.

Des engrenages baroques ravalent son visage.Son abdomen, cerclé est fouaillé d'un enchevêtrement inexprimable. De son bassin à l'ossature redessinée en profondeur, surgit un sexe charnel au-dessus de ses ischions. Ses genoux, ses jambes sont travaillés de bandelettes et de chainettes métalliques spiralées. A ses pieds, un bestiaire miniature élève David au rang de géant.

La dissection de l'Homme, est une véritable ''déconstruction'' technologique sous le feu croisé de l'imaginaire anatomique, chirurgical, architectural et biologique. La ''reconstruction'', également chère à DERRIDA appartient au spectateur qui désire retrouver la beauté par delà les épreuves du vainqueur de Goliath.

David-Massip 204 cm x 72 cm. .jpeg

14/12/2012

L'ILLUSION ET LE MENSONGE DANS L'ART

Dans certaines circonstances, au cours de l'Histoire de l'Art, dans la Peinture , le Dessin, la Sculpture, on a recherché la Ressemblance, la ''Mimesis'' afin de refléter la beauté du monde et la place de l'homme dans la société.

Des imperfections, des illusions, des affabulations, des écarts importants avec la réalité, voire des contre-vérités et des mensonges sont apparus, enrichissant la palette des sentiments humains, l'étendue des possibilités et des manifestations artistiques, économiques et sociales.

Des méthodes d'interprétations peuvent être évoquées afin de réduire le monde de l'illusion et des mensonges. Elles ne seront pas abordées dans cet article, mais elles interviendront dans le questionnement et nous essaierons d'y répondre.

Il faut distinguer trois points :

A/ L'art est-il une illusion ?

B/ L'art a-t-il déconstruit la Réalité ?

C/ L'art affirme-t-il des contre vérités, voire des mensonges ?

A/ L'ART EST UNE ILLUSION  pensent certains, et qui peut être visuelle, existentielle ou fantasmatique.

L'ILLUSION VISUELLE est la conséquence de la mimesis, l'imitation qui, jusqu'à la fin du 19e siècle, semble avoir été le moteur de l'art.

PLATON a combattu la mimesis; ARISTOTE l'a réhabilitée.

Une légende relatée par PLINE l'Ancien, met en évidence l'illusion consécutive à la mimesis :

<< Le peintre ZEUXIS et son rival, PARRHAZIOS firent un concours pictural.Zeuxis peignit des raisins. Ils étaient si vraisemblables que des oiseaux, passant par là vinrent les becqueter. Parrhazios, quant à lui représenta un rideau peint sur une grande surface, puis attendit. Zeuxis , l'apercevant, lui demanda alors de retirer ce rideau pour voir enfin ce tableau mais constatant alors son erreur il félicita Parrhazios de l'avoir piégé, lui, un artiste, alors que lui-même n'avait trompé que des oiseaux >>.

Le Chardonneret est un magnifique petit trompe- l'oeil de Carel FABRICIUS peint en 1654, attraction bien vivante du Musée Mauritshuis, en Hollande (http://www.mauritshuis.nl/index.aspx?chapterid=2434).

Des trompe l'oeil enrichissent des façades de la ville de Montpellier

peinture,psychanalyse,illusion,déconstruction,mensonge,faux,réalité,imaginaire,vérité,art

et de bien d'autres villes.

Les ''Illusions visuelles ''de Salvador DALI sont bien particulères. Dans le même tableau figurent deux scènes différentes . Un clin d'oeil au monde magique de l'illusion pure... Elles peuvent être admirées dans son Musée de Figueras.

LES ILLUSIONS EXISTENTIELLES

NIETZSCHE l'a pressenti, l'art serait une fuite existentielle, c'est à dire un baume-alibi devant la dureté de la vie.

Les portraits de REMBRANDT, VAN GOGH, Francis BACON (http://www.marseille.fr/siteculture/galeries/galerie_2012...), de Chaïm SOUTINE , sont l'illustration de cette angoisse existentielle.

LES ILLUSIONS IMAGINAIRES

L'art peut générer des scènes mythiques, oniriques, fantasmatiques loin de toute réalité objective.

Trois exemples :

B/ L'ART EST DECONSTRUCTION

La rupture avec l'imitation se fait progressivement au début du 20e siècle avec PICASSO, KANDINSKY , MALEVITCH, Marcel DUCHAMP et l'apparition de l'Art Moderne.

Déjà, les Impressionnistes ont montré la voie.

Le Fauvisme (DERAIN, MARQUET...) a évacué la représentation de la lumière en utilisant des couleurs pures.

Le Cubisme de BRAQUE et PICASSO a fracassé l'objet et l'a montré sous toutes ses faces.

Le Futurisme italien a intégré le mouvement (Giacomo BALLA...).

La perspective a été distordue par Viera da SILVA ;

La géométrisation de l'art a fait disparaître le Sujet dans le Constructivisme russe et le mouvement de Stijl.

La peinture conceptuelle apparait

L'Abstraction se généralise et se diversifie effaçant toute ressemblance, toute imitation.

C/ L'ART EST UN MENSONGE plus ou moins important.

Le portrait deLOUIS XIV (http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/louis-xiv-1638-1715) en costume d'apparat a été peint dans toute sa gloire .par Hyacinthe RIGAUD en1701. Il faut remarquer une aimable tricherie : le galbe juvénile de ses jambes contraste avec le visage d'un monarque de 63 ans.

Dans le Sacre de NAPOLEON peint par DAVID entre 1805 et 1807, on constate une erreur intentionnelle, la présence de la mère de l'Empereur, Maria Létizia, alors qu'elle était absente car elle voulait protester contre la brouille de Napoleon avec son frère Lucien.

L'art est instrumentalisé parfois par le commanditairecomme l'a fait Napoleon :

La Bataille d'Eylau fut une véritable boucherie. 10.000 tués ou blessés du coté français, 12 à 14.000 chez les Russes. Cette demi-victoire fut transformée en victoire dans un tableau célèbre d'Antoine-Jean GROS qui reçut la légion d'Honneur de la main même de l'Empereur.

L'art sous les dictatures, l'Art Officiel, est le reflet de son chef et de son idéologie, que ce soit sous Franco, Mussolini, Staline ou Hitler.

Sous les Nazis, par exemple, dès 1933 l'autodafé du 10 Mai a fait jaillir cette phrase d'Heinrich Heine: < Là où on brûlera des livres on brûlera des hommes >.

En 1937, une exposition dite des ''Artistes dégénérés'' sillonne l'Allemagne avec les expressionnistes Emil NOLDE, Otto DIX, Lyonel FEININGER...Les artistes juifs sont proscrits, persécutés. Les cérémonies nazies récupèrent la musique de Richard WAGNER, d'Anton BRUCKNER.

La propagande monumentale favorise le stade olympique de Berlin destiné aux jeux de 1936.

Les oeuvres néoclassiques exaltent des corps ''sains'', ''virils''et ''aryens''.

L'individu et la création artistique disparaissent au profit d'une idéologie mégalomaniaque.

L'art peut être considéré comme un MENSONGE ECONOMIQUE ET SOCIAL

LA PUBLICITE cherche des appuis sur l'art qu'elle dénature. Séductrice, humoristique, elle affirme allègrement, sans rencontrer de résistance, des contre vérités. Certains affirment que ''deux publiciés associées équivalent à un vrai mensonge''.

LA SPECULATION va bon train depuis l'avènement de l'Art Contemporain, facilitée par la reproductibilité des oeuvres et la docilité d'artistes fragiles.

Un certain nombre d'opérateurs, galeries, collectionneurs, commissaires d'expositions, institutions, , agissent de connivence et en synergie comme l'affirment des ouvrages spécialisés.

La destruction de l'art serait-elle en marche ? Le ''Homard'' de Jeff KOONS, a atteint le prix de 16 millions d'euros !! Bien sûr, les réseaux, le marketing entrent en jeu.

Certains n'hésitent pas à dire que dans ce monde là tout est faux, comme les oeuvres, les articles de presse commandés, les experts.. .Les oeuvres ne seraient plus que l'objet de trafics en tous genres, caution financière, monnaie d'échange, couverture fiscale, fraudes, blanchiment d'argent...

LES FAUX n'existent que s'ils sont découverts. Mais qui a intérêt à les mettre au jour ?

Le couple Ellen Bergen avait fabriqué des Chagall, des Botero, des Klimt , des Magritte avec certificat d'authenticité et catalogue raisonné. Une dizaine de tableaux seulement ont été découverts sur les 700 écoulés.

On dit que, en 1988, au Musée Rath de Genêve, la collection consacrée à Larionov aurait été fausse.

On distingue une multitude de faux tableaux : Les faux intégraux et les faux partiels ; ceux qui ont une fausse paternité, les tableaux authentiques avec une fausse signature, et ceux qui ont une vraie signature sur une fausse surface...

L'art est certes illusion, visuelle, existentielle, fantasmatique, mais avec l'Art Moderne il subit des distorsions qui concernent l'objet, la couleur, la perspective, la disparition du sujet.

L'art est une série de mensonges plus ou moins visibles, aboutissant aux manipulations de l'Art Officiel,aux tromperies de la Spéculation, aux transgressions délictueuses de la falcification.

Néanmoins, l'Art exprime toujours une Vérité comme l'a dit PICASSO , parfois indéfinissable, de la Vie et de la Psyché. On a essayé de séparer la simple apparence de la nature et de l''être au monde'' pour chercher l'essence de la Vérité.

Les sciences humaines, la psychanalyse font reculer l'obscurité, explicitent les oeuvres, éclairent l'inconscient.( cf la note ''Critique d'art et psychanalyse d'octobre 2012 surce blog)

Les mécanismes socio-économiques doivent être envisagés d'une manière spécifique afin de les harmoniser avec une éthique marchande en constant devenir.

LE REGARD, unificateur, est impliqué chez l'artiste, l'amateur, le spéculateur.

La représentation de la toile, d'une oeuvre, en reste aux fantasmes. C'est un trompe l'oeil pour tous, car l'art vise l'impossible dans un leurre d'un réel inaccessible.

L'Art apparaît comme l'ombre portée de la Culture et de la Vie.

23/11/2010

PARCOURIR UN SALON

Comment relater un de ces nombreux salons qui sont l'attrait et le rayonnement de notre capitale ?

Faut-il se placer sous l'angle particulier du collectionneur qui choisit la ou les perles rares afin d'assouvir un plaisir narcissique solitaire ou bien celui d'un spéculateur à l'affut d'un artiste à fort potentiel ou d'une oeuvre sûre du'' premier marché'' ?

Doit-il se mettre dans la peau d'un simple Amateur qui essaie de retrouver les différents courants picturaux de l'histoire de l'art moderne ? Du Psychosociologue qui observerait la relation entre l'oeuvre, l'artiste et la société ? De l'Homme Cultivé, riche d'un savoir particulier qui tente de débusquer les avancées de la Post-Modernité dont il pourrait être l'Inventeur ? De l'Humaniste éclairé qui se promène dans les arts comme dans une encyclopédie à ciel ouvert ? Doit-il avoir le regard aigu d'un Savonarole flairant les dérives abominables d'une société décadente qui court à sa perte ? D'un Esthète à la découverte du Sublime ? Du Philosophe, en pleine Euristique, faisant le plein des Items qui étaieraient ses analyses approfondies et ses synthèses plurisémiques ? Ou tout simplement à partir d'un visiteur lamda qui s'adonne à la contemplation d'oeuvres à découvrir ?

Les différents Salons de la FIAC, des ARTS ELYSEES, du SALON D'AUTOMNE seront abordés ultérieurement sous l'angle de thématiques diverses.