Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/01/2012

''TOUT AU BOUT'' - Bernard PAGES

Bernard PAGES a participé pragmatiquement à la Déconstruction refondatrice de la sculpture.

Né en 1940 dans le Lot, il vit ses premières années à la campagne au contact avec la Nature. Ce contact, il le conservera toute sa vie en dehors de ses périodes de formation.

bernard pagès,bioules,dezeuze,raysse,arman,viallat

Il monte étudier à Paris, dans un atelier d'Art Sacré.

Installé dans l'arrière pays niçois, il découvre en 1965, les Nouveaux Réalistes (Martial RAYSSE, Yves KLEIN, ARMAN ), ce qui procure de la liberté à ses sculptures.

Il se sent proche des peintres qui conceptualisent et mettent en oeuvre, en 1969, le Mouvement Support / Surface ( Claude VIALLAT, BIOULES, DEZEUZE ). Les matériaux qu'il utilise sont basiques : terre, plâtre, ciment...Il collecte de plus des objets hétéroclites qu'il classera ultérieurement en séries dans un vaste hangard-atelier : bois, branchages, grillages, tôles ondulées, plastiques, briques...

 Des expositions importantes jalonnent progressivement sa vie:

….Beaubourg ( 1982-1983 )

CAPC de Bordeaux ( 1984-1985 )

MAMAC assez récemment.

Il réalise une série de Colonnes inspirées de BRANCUSI (1979-1985 ).

Des commandes publiques lui ont permis la création d'oeuvres monumentales à Aix, Vence, Marseille...

La visite de l'exposition au Carré Sainte Anne, à Montpellier permet de découvrir six oeuvres d'assez grande taille:

''Surgeon III''

Il apparaît, dès le nartex de cette église débaptisée, sur un socle plat, de pierre blanche. Une poutrelle d'acier oxydé, sombre, s'élance, élégante et vigoureuse, à l'extrémité torsadée, rouge-sang. Ces trois parties, bien distinctes par leur couleur, leur volume, leur silhouette. L'Abstraction laisse la place à l'Imaginaire, puis à une Symbolique polysémique.

 

bernard pagès,bioules,dezeuze,raysse,arman,viallat


A l'intérieur, un vaste espace est rythmé par les hautes fûtées des colonnes et des vitraux étroits. Des structures étranges, telles un sous-bois tapissent cet entrelac. Deux lignes obliques cassent volontairement la sérénité des lieux : ''Les Fléaux'' et ''Les Pierres Roses''.

''Les Fléaux''

DSCN7908.JPG

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Un alignement de dolmens nous accueille à une porte latérale. Chaque élément est ternaire, constitué d'un bloc de béton rose-chair surmonté d'un épais fil d'acier torsadé, brandissant un long cylindre de bois, menaçant. Chaque visiteur est plongé dans des sensations et des interprétations multiples.

''Les Pierres Roses''

Une formation biomorphe, annulaire évoquant un squelette fossile est constitué de onze éléments.

DSCN7912.JPG

Chaque module comprend une pierre blanche, carrée , recouverte d'une peau rose, flanquée de chaque côté d'un hémi-bidon métallique déformé aux couleurs sombres, bleu-vert aux reflets rougeâtres.Il est surmonté d'un long flagelle d'acier effilé et flexueux.

''Le Pal''

DSCN7910.JPG

Il exhibe tel un canon dressé, un énorme cône de pin implanté sur une base de plaques carrées faites de métal oxydé. La symbolique phallique est assez évidente.

''Torse II''

Il comprend trois portions bien distinctes : DSCN7920.JPG

Un tronc de bois noir,

Un tube métallique jaunâtre à section carrée,

Une fine extrémité effilée.

On est frappé par l'aspect torturé de cette oeuvre où la mort n'est pas absente.

''Tout au Bout''

Cette longue tige d'acier dressée, de 6,60 m, vert-chlorophile défiant la pesanteur, apparaît dans un déséquilibre fragile. Elle est solidement tenue par une double machoire de fer. A son sommet danse une couronne de lettres scintillantes composant le titre de l'exposition. Tout l'élan vital, spirituel, toute la tension ontologique prête au dépassement, tout est là.

DSCN7916.JPG

 Au terme de cette exposition on peut entrevoir ce qu'a apporté Bernard PAGES :

  • Une libération de la figuration objective.

  • Une hétérogénéïté des matériaux et une opposition entre des éléments naturels (bois, métal ,pierre) et des produits industriels (béton, tôles,céramiques...).

  • Une recherche sur les limites,( notamment de l'équilibre) et les extrémités d'une sculpture.

  • Une confrontation avec le temps, la trace, les empreintes...

  • La préoccupation d'une symbolique polysémique.

  • L'affrontement entre une pulsion de vie et de mort.

  • Un clivage entre le Signifiant et le Signifié.

  • Une poétique sensible et méditative de la Nature.

  • Une tentative de Sublimation d'une base tellurique à un élan vital, ontologique et spirituel.