Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/05/2015

Ma TSE-LIN

Les peintures de Ma TSE-LIN, sont exposées à l'Espace Marc-Arthur KOHN, Avenue Matignon à Paris.

Nous avons apprécié les œuvres de cet artiste et nous remercions la Galerie de nous avoir communiqué son catalogue.

Ma TSE-LIN est né à Canton en 1960 d'une famille bourgeoise intellectuelle.
Il a appris à vénérer Bouddha en accompagnant sa grand-mère dans les temples.

Diplômé de l'Ecole des Beaux Arts de Pékin et en 1983, de l'Institut Central des Arts et Métiers de Pékin. Il vient à Paris où il devient diplômé de l'Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Paris.

Son talent, reconnu, il expose à Beaubourg en 1988 et devient citoyen français.

Il côtoie ZAO WOU-KI, un grand maître franco-chinois de l'Art Contemporain (voir ma note sur cet artiste, en cliquant ici).

En 1988, il est invité à la Biennale de Shanghai.

Il visite les temples de Jade et c'est alors la révélation. Il représentera des images du Bouddha, symbole de sérénité, de simplicité, de renoncement et d'apaisement.

Ma TSE-LIN renoue avec la Chine immémoriale, dont le Bouddha est un symbole de Paix et d'Harmonie.

L'enseignement du Bouddha vise la quête de la Connaissance, l'Essence de la Spiritualité, afin d'atteindre l'Absolu par la méditation, en faisant coïncider l'Ame individuelle(le Brahman), avec le Tout Divin, (l'Atman).

  

L'oeuvre de Ma TSE-LIN nous apporte, par le détour de l'Art, un message spirituel et de Paix dont nous avons besoin.

Pour visualiser les oeuvres du catalogue, cliquez ici.

15/04/2013

Hommage à ZAO WOU-KI

Le grand peintre français, ZAO WOU-KI , né à Pékin, vient de s'éteindre lentement sur les bords du lac Léman, à l'âge de 93 ans.

Après s'être imprégné de la culture et du savoir faire de l'école des Beaux Arts d'Hangzhou et au décours d'une exposition à Shangaï, insatisfait, il décide de partir à la conquête de l'Art Occidental.

Dès son arrivée à Paris, il s'immerge et s'enracine dans les hauts lieux des Avant-gardes, à Montparnasse, fréquente La Grande Chaumière, rencontre RIOPELLE, SAM FRANCIS, VIERA DA SILVA, expose à la Galerie de France, chez Pierre LOEB, avec SOULAGES ET HARTOUNG.

Il se lie d'amitié avec MICHAUX, puis avec MIRO . Il absorbe les pratiques figuratives dominantes, travaillées par l'abstraction, sous-tendues par la peinture à l'huile. Il évolue vers la poésie des ''Signes'' après la révélation, en 1951, du travail de KLEE à qui il rend visite en Suisse.

Il réactive alors, les méthodes et fondements de la peinture philosophique chinoise, dans une symbiose qui va devenir son style.

En 1970, il rencontre Françoise MARQUET, Conservatrice du Musée d'Art Contemporain de Paris qui va devenir son épouse. Français en 1964, il est progressivement reconnu internationalement. Il devient Grand Officier de la Légion d'Honneur, Commandeur de l'Ordre National du Mérite, notamment.

En 1985, lors d'expositions à Pékin et Hangzhou, il diffuse ses connaissances sur l'Art Occidental.

Les tableaux qui m'ont particulièrement intéressé sont :

      -      En mémoire de May : 10.03.72

-      09.09.96

-      04.09.87

-      Hommage à André Malraux 01.04.76

-      Hommage à mon ami Henri Michaux 04.99/05.2000

Ce qui nous séduit dans l'art de ZAO WOU-KI 

C'est un sentiment de paix, la contemplation d'une nature harmonieuse, indéfinissable, où la beauté physique rivalise avec la spiritualité.

C'est la manifestation des forces de la nature en devenir, la présence des éléments dans leur affrontement et leur métamorphose.

C'est le souffle de l'énergie (CHI ou KI) , balayant l'espace infini, plongeant dans des profondeurs inconnues.

C'est la conscience de la plénitude et de la vacuité ( Wu ) et, dans l'alternance du TAO, l'importance du IN et du YANG.

C'est l'identification à l'immense Cosmos dans ses moindres détails, au CHAOS .

C'est l'impermanence de l'être, la finitude de toute chose, c'est le rien...

Mais c'est aussi la Lumière, purificatrice, régénératrice, signe de pensée créatrice et porteuse d'Espérance.

L'apport de ZAO WOU-KI est considérable :

Il incarne un symbole de Paix, de Vie.

Il s'impose comme un trait d'union entre la France et la Chine.

Il réalise une synthèse harmonieuse , entre une Tradition millénaire et la Modernité européenne.

Il démontre que l'Art est un espace ''Idéal'' d'être au monde.

Il restera présent aux nombreux artistes qu'il a influencés et aux amateurs qui l'admirent, par sa modestie, son humilité et la douceur énigmatique de son sourire.