Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/11/2014

Marcel DUCHAMP Le retour vers l'ART

Le Centre Pompidou expose une Rétrospective de Marcel DUCHAMP, celui que l'on accuse de vouloir faire disparaître l' Art. Mais, sa dernière œuvre, réalisée lors des 20 dernières années de sa vie et restée inachevée, tend à infléchir cette opinion.

 

Elle a été élaborée durant les vingt dernières années de sa vie. Elle est restée inachevée. Le titre qu'il lui a donné ressemble plus à un problème de physique à résoudre qu'à  celui d'une œuvre d'art. Le voici  :

''Etant donnés

l/ la chute d'eau

2/ Le gaz d'éclairage,...''

Cette oeuvre est en fait une installation en fonction de l'endroit où on la regarde. Elle est illusionniste et onirique à la fois, réaliste et conceptuelle, intégrant la ''Renaissance'' de Léonard de VINCI ou de GIORGIONE, le ''Naturalisme'' de COURBET, Le ''Surréalisme dalinien, pour aboutir, en passant par le ''Cubisme'', à la ''Modernité''.

C'est dans la peau d'un ''voyeur'' que l'on découvre, à travers deux trous pratiqués dans une porte, ramenée par Marcel DUCHAMP de Cadaquès, le corps d'une femme nue, abandonnée reposant sur un lit de sarments agressifs, parsemé de feuilles mortes, jambes écartées, sexe épilé. Sa tête est à peine visible. Sa main gauche tient paradoxalement un bec Auer allumé et brûlant. A l'arrière-plan, un bois, une cascade, un ciel lumineux voilé de brumes.

Quelle cohérence donner à tout cela  ?

A quelles iconographies se rattacher ? Y-a-t-il une ou plusieurs significations possibles pouvant s'enraciner dans la philosophie ou la psychanalyse de l'art  ?

Certes, nous pouvons nous reporter aux œuvres antérieures de M.D. Et notamment au tableau énigmatique de ''La fiancée mise à nue par les célibataires, même''. Cette femme dénudée, mise à mal au milieu ''Du Champ'' semble correspondre à une ''répétition''.

Le décor évoque celui de la ''Renaissance'', un arrière plan toscan, une nappe d'eau s'écoulant doucement vers une cascade. La bordure de brique est en écho avec la balustrade de la Joconde. Mais la plaisanterie de M.D. sur la Joconde ne saurait être de mise ici. 

La pose ''offerte'' de la femme n'est pas sans faire penser à la ''Création du Monde'' de COURBET, bien que son naturalisme soit dépassé.

L'influence de Salvador DALI ne se limite pas à la présence de la porte de Cadaquès  : Les membres  simulent les aiguilles d'une ''Montre molle'' plus ou moins centrées sur le sexe, évoquant le temps qu'on voudrait retenir.

Le cadran, ovoïde cerné de découpes ''cubistes'', retracent les premières empreintes de PICASSO sur M.D.

La ''Déconstruction'' de l'oeuvre  éclate lorsqu'on la regarde de côté et en vision cavalière, comme pour contempler une maquette. C'est alors qu'apparait le mille feuille horizontal de l'Installation avec pour base, un échiquier, celui de l'art ou de la vie.

Un peu plus haut, une structure de bois brut servant de lit, sur lequel reposent des branchages puis la femme nue tenant un Bec Auer allumé, relié à un tube où passe le gaz alimentant la flamme.

Verticalement, un tableau représente le paysage et complète l'ensemble.

 

L'action analytique et conceptuelle de M.D. culmine avec cette installation et amorce une réconciliation avec les artistes qui l'ont précédé.

 

LE DESIR EROTIQUE

Le sens est à rechercher dans les profondeurs du mythe exploité par les peintres de la Renaissance , comme Jacopo ZUCCHI dans ''Amour et Psyché'' (1589).

DUCHAMP évoque ici l'allégorie de Psyché, princesse de Lydie de qui Eros est tombé amoureux, incognito. Psyché voulant découvrir son identité allume une lampe et laisse tomber une goutte d'huile sur son amant qui s'éveille et s'enfuit.
DUCHAMP vit une histoire parallèle : sa maîtresse brésilienne est amenée à le quitter après de longues années pour rejoindre les siens. 

La femme dénudée est le moule de celle-ci.

 

Le bec de gaz pourrait correspondre à la flamme de son désir persistant qui se prolongerait en cette fin de vie en désir d'éternité.

Après ''le Grand Nu descendant l'escalier'',qui décompose le mouvement sous l'influence cubiste, après la nomination d'un urinoir en ''Fontaine'', élevant un objet usuel en œuvre d'art, 50 ans avant Andy Warhol, après la désacralisation de l'art et notamment de son icône, la Joconde,

 

Marcel DUCHAMP réalise une synthèse dans sa dernière œuvre, réconciliant le Classicisme et la Modernité, l'unité du regard et le caractère polysémique du concept, se prolongeant dans le feu et la lumière du Désir.

 

 

Pour plus d'informations, voir le site du Philadelphia Museum of Art

07/03/2013

JACQUES RESCH ou la quête de l'impossible

RESCH est un peintre français né à Montpellier en 1946.

Après avoir présenté ses oeuvres dans les grands salons parisiens, il a exposé ses toiles Rue de La Boëtie, à Paris, dans la Galerie Boulet, largement dédiée aux maîtres contemporains de l'imaginaire.

Peintre surréaliste et hyperréaliste, il laisse entrevoir les influences de BOSCH, et de DALI., mais également la convivialité et la truculence de BRUEGHEL et de DUBOUT.

De formation scientifique, il enseigne la physique et la chimie. Il porte une grande admiration à Leonard de VINCI qui a su associer l'observation rigoureuse de la nature à la Création scientifique et artistique..

Sa technique picturale très précise et minutieuse repose sur les prescriptions traditionnelles de Xavier de LANGLAIS qui perennisent les fonds et illuminent délicatement les ciels.

C'est en Afrique, au Burkina Faso, qu'il choisit de vivre, de peindre et d'exprimer sa vocation humanitaire. C'est là, qu'il prend conscience d'un panthéïsme animiste et des contradictions du monde occidental. Son objectif, comme il le dit lui-même c'est la recherche de la Paix et de l'Equité pour le bonheur des hommes.

Quelques tableaux, figuratifs et oniriques vont éclairer ses révoltes, ses fantasmes et ses angoisses comme on peut le voir dans : ''La Vengeance des Fleurs'', ''L'Axe du Mal'', ''Mécaniques floues'', ''La Centaure'',''L'Angoisse du Temps'', choisis parmi tant d'autres (Cliquez sur l'image pour l'agrandir).

revanche des fleurs002.jpg

La VENGEANCE DES FLEURS: Ce combat futuriste entre l'Homme et la Nature a déjà eu lieu au Cambodge. Les temples kmers n'ont pas eu le dessus. Dans le tableau de J. Resch le conflit est dramatisé. La végétation luxuriante liée au réchauffement climatique a fissuré le béton, dévoré les immeubles. Les plantes carnivores ont vaincu l'homme. L'Harmonie entre la Nature et l'Homme a été rompue.

L'AXE DU MAL 2003  61X80.jpg

L'AXE DU MAL: Dans une ville dévastée, où la Guerre impose son empire et sa loi, une Noce festoie gouluement au détriment de noirs faméliques enchainés à leur table, Jouissance mortifère dans l'indifférence et le Chaos. Pulsion de Vie / Pulsion de Mort. L'Ethique est bafouée.

MECANIQUES  FLOUES 1979.jpg

MECANIQUES FLOUES: Un crane lisse, dolichocéphale, vu en plongée, sur fond noir, est relié par des cables multicolores à une machinerie complexe qui semble paradoxalement l'analyser. Une matrice d'ordinateur domine et gère l'ensemble. L'omme-objet est observé par ce ''Deus ex machina''. La relation Homme-Machine s'est inversée.

LA CENTAURE : Qui détient l'Autorité ? Semble nous dire cette toile.

la centaure 2000   61X80.jpg

Est-ce la gent féminine ? Au milieu, sur une plage, une Centaure, exposant sa croupe et son sein, débande son arc vers la mer en hurlant. Sur la gauche, deux femmes blanches, dénudées, s'adonnent à des jeux sado-maso avec un noir enchainé, souriant. Une grosse femme, nue, jambes écartées, à la volumineuse poitrine ressemblant à unecaricature de Dubout, est honorée par un noir microplasique.

Est-ce ce Négrier blanc, vêtu de noir qui surveille, une cravache à la main, des groupes de noirs enchaînés ? Au loin, des mercenaires en uniforme menacent des ''indigènes'' asservis.

Est-ce la Nature ? Car une énorme vague, analogue à celle d'OKUSAÏ, un véritable Tsunami, a déjà détruit une goëlette d'où s'échappent des naufragés nus et enchainés. D'autres sont projetés dans les airs ou bien sortent de leur cage.

Est-ce la Civilisation ? Un avion en perdition va s'écraser sur les humains...

La complexité du tableau fait ressortir le pouvoir oppressif des Hommes ( Les colonisateurs et les négriers), le désir et la jouissance sauvage des Femmes, le déchainement de la Nature et de la Civilisation.

Mais, quelques femmes blanches, correctement vêtues, semblent prendre conscience des dangers et prient.

Au centre, se dresse, debout, devant les Tables de La LOI, MOISE, le Flambeau de la Liberté à la main.

Est-il en train de frayer un chemin à son Peuple, celui de la Libération de l'esclavage lors du passage de la Mer Rouge?

L'ANGOISSE DU TEMPS: Dans cet espace clos, les différentes manifestations du temps sont figurées, précisées, suggérées.

jacques resch,surréalisme,hyperréalisme,dubout,dali bosch,brueguel,moise,loi

Le Temps de la Naissance et du sein maternel,

Le Temps de la Vie, du Désir, des lèvres sensuelles, de la pulsion scopique, de l'Homme-Animal masqué, de la cave aux secrets inavouables.

Le Temps de la Mort, de l'Horreur, de l'arrêt des pendules, de la fossilisation, de la dégradation et des déchets.

Sous le Regard fixe, tanscendantal et culpabilisant, les traces de la culture, et des Etres s'effacent,la Lumière diminue et s'éteint.

Que retenir de RESCH ?

Son caractère inclassable est double. Sa peinture est hyperdessinée, sculptée, voire ciselée telle une enluminure. Mais cette rigueur formelle, comme chez DALI, se détache sur des fonds qui en augmentent le relief. Leur transparence, leur gradient d'intensité ou leur profondeur est en harmonie avec le caractère onirique ou surréaliste du thème de chaque oeuvre.

Les Désirs, les passions se déchainent et n'ont plus de frein.

La Jouissance est parfois mortifère. L'Injustice, les transgressions de la LOI montrent les limites du tolérable et proposent une nouvelle Ethique. Les Fantasmes de Castration en sont la sanction.

La confrontation de la société africaine, panthéïste, admirative de la Vie et de l'immersion dans le Grand Tout est confrontée au désir de domination, voire d'exploitation du monde occidental.

RESCH s'est enraciné dans l'Histoire médiévale, moderne et contemporaine de la peinture.

JR 2012  EXPO GRABELS 10.665859_496873923665318_1010231314_o.jpg

Il est remonté aux origines de nos civilisations en plongeant dans l'inconscient collectif aux confins de l'innomable...