Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/03/2015

Leopold RABUS à Montpellier

Le Carré Sainte, sous la Direction de Numa HAMBURSIN, présente une Exposition composée d'une quinzaine de grandes toiles de Léopold RABUS.

Ce jeune peintre suisse de trente huit ans, tire son inspiration de sa campagne natale peuplée d'animaux et d'êtres mystérieux, investis par ses fantasmes.

Ses modèles sont les maîtres du ''Clair-Obscur'', du Naturalisme voire de l'Hyper réalisme'' transgressif, à la limite du Surréalisme.

Il est influencé par le travail préalable qu'il a développé au théâtre et par les techniques videos et cinématographiques qui le plongent dans la modernité.

L'exploration et la description en diagonale de quelques œuvres s'avère périlleuse car elles sont subjectives, contingentes et partiales. Elles mêlent la polysémie des significations de l'artiste aux projections du critique. Alors qu'elles devraient laisser place à la libre interprétation du spectateur. Aussi c'est en amateur lambda et avec un regard neuf qu'il conviendrait d'aborder ces œuvres.

Quatre toiles, plus ou moins arbitrairement choisies vont faire l'objet de notre attention :

La Femme au Canari.

Une femme nue, un bandeau blanc sur la tête, nous donne à voir de magnifiques fesses sur lesquelles tombe une lumière crue. Elle est observée de 3/4 et de dos. Elle tient fermement, dans sa main droite un canari. Elle regarde également un autre canari s'agitant dans sa cage. Une obscurité progressive les enveloppe.

femme canari2.jpg

Cliquer pour agrandir les images

 

Nous assistons vraisemblablement à une méditation sur le Désir féminin ainsi qu'une réflexion sur la Liberté.

Le Jeune

Dans un taudis innommable, des récipients métalliques sont suspendus par des ficelles comme dans un mobile de CALDER 

le jeune.jpg 

Un homme d'allure grotesque est assis sur une caisse de bois. Il contemple son abdomen blafard. Il touche son flanc droit de sa main gonflée qu'on devine noircie, nécrosée. Son doigt pointe une plaie qui suinte encore et dont on ne comprend pas la cause. Mais on pense à l'endroit où le Christ fut percé d'un coup de lance.

Ce réalisme analogue au tableau de RIBERA, ''Le Pied Bot'', évoque un documentaire sur le Quart-Monde.

Du Dur au Mou

Ce titre, digne d'un ancien élève des Beaux-Arts, nous dévoile une femme allongée, vêtue d'une robe en dentelle, bleu-noir. Elle est recroquevillée, en position de défense. Est-elle dans un demi-sommeil ou pleure-t-elle dans ses mains ?

Elle est entourée, comme dans un ring par des cierges dressés et menaçants. Ils délimitent un espace restreint mais vide. La perspective est distordue. La femme est en décubitus latéral gauche, de face, à droite, et presque sur le dos au niveau du bassin et des membres inférieurs.

Un linge couleur chair se verticalise au voisinage de son sexe.

On note une grande bassine d'eau noirâtre en avant et une autre rougeâtre sur la droite.

Des rayonnages étiquetés, verticaux, au fond, comme dans une bibliothèque ou une clinique, s'ouvrent et s'inclinent à gauche, dans une perspective improbable.

Trois lampes tempête éclairent les jambes de la jeune femme.

sainte anne,montpellier leopold rabus,caraavage,lacan,crucifixion,resurrection

La symbolique mortifère des cierges réveillent des fantasmes dans ce lieu évoquant une sacristie aux allures de salle d'opération clandestine.

Quel drame affreux a du vivre cette femme ''clivée'' comme dirait LACAN ?

Notons le Réalisme d'un arrêt sur image dans ce Clair-Obscur de la Psyché et de la peinture.

Appâts d'eau douce

Une tenture blanche, immaculée et déchiquetée, en croix, s'ouvrant vers le haut, laissant apparaître à ses pieds un magnifique parterre de fleurs couleur sang, rose et jaune.

Àu fond et à droite, un arrosoir vert.

Trois à quatre poteaux l'entourent à distance.

Au premier plan, une cruche ocrée, largement fendue, est recouverte d'un lambeau de la tenture blanche, rehaussé d'une fleur « rouge-vie ».

Entre ces trois éléments, qui resplendissent, une main coupée, verdâtre, crispée enserre des lombrics.

Un fond brun sombre donne le tragique de la scène et fait ressortir la lumière.

Comment donner sens à ce tableau étrange qui ressemble à une nature morte.

La force dramatique, caravagesque, de la composition nous amène à évoquer un déplacement de sens, une allégorie, celle de la passion du Christ, sa crucifixion, la descente de croix, la mise au tombeau et sa résurrection.

appats .jpg

D'autres toiles auraient mérité qu’on s'y attarde, traduisant l'amour de la nature et de l'écologie, la proximité des humbles, la dette envers les maîtres anciens, l'exacerbation des sens, la dynamique du mouvement, l'actualité brûlante et la transgression de la loi.

Léopold RABUS s'avère plein de promesses. Ses recherches et son inconscient nous laissent espérer de grandes réalisations futures que nous serons heureux d'admirer.

 

 

08/05/2014

Lucio FONTANA L'Enigme des FENTES

Le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris nous dévoile le parcours artistique de Lucio FONTANA, sculpteur, céramiste et peintre qui a exploré la matière, la figuration et l'abstraction et dont les recherches ont abouti à une vision conceptuelle qui doit être comprise par l'Histoire de l'Art, par la Philosophie et la Psychanalyse de l'Art.

Deux cents œuvres illustrent son évolution. L'exposition, thématique donne à voir des sculptures primitives, des céramiques polychromes, et des œuvres conceptuelles.

Cet artiste, considéré comme majeur en Italie, a influencé les avant-gardes européennes puis américaines.

images.jpg

 

Lucio FONTANA est né en Argentine, à Rosario, de père italien, sculpteur. Il le suit dès son jeune âge, en Italie où il passera la majorité de sa vie.

En 1917, il s'engage, volontaire dans l'armée jusqu'à la fin de la Grande Guerre.

Il est formé à l'Académie de Brera par le sculpteur Adolfo WILDT en 1928.

En 1930, il rejoint le groupe ''Abstraction-Création''.

Il se passionne également pour la céramique et collabore avec des architectes.

Il devient peintre en 1940 tout en poursuivant la sculpture.

Il admire l'art baroque et ''le Futurisme de Giacomo BALLA et Umberto BOCCIONI.

Il est séduit par ZADKINE et BRANCUSI.

Il passe la seconde guerre mondiale en Argentine.

De retour à Milan, en 1947, il prend la tête du ''Mouvement Spatialiste''.

En 1949, il commence ses ''Concetti Spaziali''.

En 1958, à la Biennale de Venise, apparaissent sur des toiles des fentes ou coupures, 'ce que les italiens appellent ''i Tagli''* qui constitueront l'aboutissement de sa pensée artistique et auxquels on l'identifiera.

 

15-_fontana.jpg

Les COUPURES : comment les comprendre et pourquoi exercent-t-elles une telle fascination ?

Parler de trous (Buchi) ou de fentes (Tagli) implique plusieurs points de vue et plusieurs modes  de penser :

de l'Histoire de l'Art à la Philosophie :

Lucio FONTANA apporte, grâce aux coupures une étape supplémentaire à l'histoire de l'art. Le XXe siècle a vu une soustraction constante des éléments du tableau aboutissant à une œuvre monochrome avant d'arriver à la toile blanche.

La narration moderniste, indexée sur ''l'Essentialisme'' de HEGEL est orientée vers la fin historique de la peinture et de l'Art. Le geste de L.F., en perçant des trous ou en lacérant un monochrome, accomplit un dépassement du seuil pictural et précipite l'avènement conceptualisé par HEGEL.

 

Mais, plus tard, la vision ''messianique'' de Bernard-Henri LEVY permet d'envisager les ''Concetti Spaziali'' dans la continuité de ''l'Homme Nouveau'', ayant foi au progrès et à la science, tout en incarnant l'homme volontaire tant admiré dans les pouvoirs forts et les dictatures de l'époque.

De la ''Réalité opérationnelle'' au ''Réel'' lacanien

---Les coupures sont objectivables et s'inscrivent dans la réalité d'une toile. Elles ont un pourtour, des bords, des lèvres, une béance.

Cette constatation évoque le mode opératoire par lequel cette effraction s'est faite (poinçon, cutter) et le geste déterminé qui l'a créée.

--- Ces trous, ces fentes permettent de passer de la 2è dimension où ils s'inscrivent sur la toile vers la 3è dimension qui est perçue par le créateur et l'observateur.Le dedans et le dehors communiquent.

Cette mise en jeu de l'espace fait intervenir le regard de l'observateur et l'objet observé.

Ce processus, celui de la ''Camera Oscura'', a été utilisé par les artistes de la Renaissance, puis banalisé dans le procédé  photographique.

 

---Mais, la subjectivité du créateur et du spectateur auquel il s'identifie est en jeu car l'objet qui mérite d'être observé n'est pas anodin.

DÜRER détaille sur sa toile, un nu féminin.

BOTTICELLI choisit avec Paris une des trois grâces.

COURBET identifie l'Origine du Monde

Le désir est bien là, lacérant la toile, faisant émerger le ''Fantasme'', métonymie de l'être.

On pourrait admettre, alors, comme le pense LACAN, que la COUPURE serait le ''Signifiant'' du Désir, place du ''Manque'', prémices de la ''Jouissance'', ouverture sur le Réel, innommable.

 

* i Tagli prononcer '' i ta li '' # Italie ...

 

 

07/12/2011

LE SALON D'AUTOMNE 2011

Si vous souhaitez agrandir les photographies, cliquez sur les images ! Toutes les oeuvres citées sont visibles dans l'album ''SALON D'AUTOMNE''.

Le Salon d'Automne se tient à Paris depuis sa création en 1903 par l'architecte belge Frantz Jourdain. Il a connu plusieurs lieux prestigieux : Le Petit, puis Le Grand Palais et, dernièrement, Les Champs Elysées.

Il reste fidèle à ses principes d'ouverture, d'audace et de pluridisciplinarité. Il est attaché à :

 - une Ethique mêlant les publics et les artistes de tous horizons

 - une Esthétique créatrice, à la recherche de Sens qui n'exclut pas celle de la Beauté.

L'ensemble des œuvres exposées représente un imaginaire contenu dans une véritable Boîte de Pandore où plusieurs thèmes s'imposent :

LE MONDE DES MYTHES de l'aventure humaine apparaît dès l'ouverture.

 ''Homère '', ( de Sylvie KOECHLIN ), ( cf p 256 du catalogue ), nous accueille de son buste de pierre, buriné, impassible et solennel.

 '' Icare'', ( Manuel Donato DIEZ ), semble écrasé sous le poids de ses courtes ailes de bronze et de ses désirs infinis.

mythes,le chaos,yn-yang,la psyché,sinthome,noeud boroméen,lacan,le net,groom,magdziak colette,frank le ray,juli,france gallejean desvilles,noël collet,manuel donato diez,michael chauvel,luc-régis gilbert,elisabeth tomczyk-kubiszyn,kojiro akagi

(Cliquez pour agrandir l'image)

 '' Un Minotaure '', ( JIVKO ), ( p 245 ) , bestial et surhumain dresse sa sculpture monumentale évoquant la démesure de la pensée Nietzschéenne.

 '' Le Centaure '' ( EMDE' ), ( p 272 ), annonce les Hybridations post-modernes dont le numérique et les exoprothèses sont les prolongements actuels.

 '' Le Mythe de la Caverne '' platonicienne , ( Luc-Régis GILBERT ), ( p 128 ), est figuré plus loin sur une toile où de pâles ombres s'agitent dans la lumière.

LE CHAOS

Il nous hante et nous interpelle. Poétisé par les Chinois et les Japonais, rationalisé par les philosophes grecs et la pensée occidentale, il resurgit depuis quatre décennies avec les recherches mathématiques et physiques de MANDELBROOT.

 De nombreuses œuvres s'en font l'écho :

 '' La Composition '', ( Élisabeth TOMCZYK-KUBISZYN ), déploie ses fractales tourbillonnantes et sensibles laissant entrevoir la philosophie du TAO.

 '' Soothing waves '', ( Lin-Tau LAY MASTER ), ( 114 ), nous offre un paysage marin informel et chaotique.

 '' Vent et Son '', ( Minako TAKAHASHI ), ( 123 ), et

 '' Crête '', ( Akira APE ) , méritent d'être cités.

LES CHEMINS DE LA SPIRITUALITE

 émergent d'une représentation animiste ainsi que des IDEOGRAMMES , en marche vers l'unité:

 '' L'Eclair '' de Kei SATO, ( 81 ), nous frappe car cet idéogramme semble décrire le phénomène.

 '' Le Dieu ''de Tengaku KUBO , ( 74 ), symbole de ''l'Innomable et de l'Inreprésentable'' est fait de trois éléments :

 Une forte ligne verticale affirmée à son sommet. Est-ce l'autorité transcendantale?

 Une structure horizontale et hélicoïdale, traduisant peut-être une immanence maternelle et cyclique

 Une virgule pointée, origine, fruit ou fin de toute chose?

 Quelques œuvres nous permettent aussi d'évoquer la Spiritualité dans ses composantes.

 '' Rêve Premier '', ( Michaël CHAUVEL ), ( 290 ). Cette sculpture, véritable fresque, est un enchevêtrement de racines d'or sans commencement ni fin, un rhizome. Ce rêve d'interconnexion, de communion, de solidarité, est bien un mythe des origines et d'éternité, un rêve d'Immanence.

 '' Lift 07 '', ( GROOM ). Ce grand tableau présente une alternance de colonnes sinusoïdales noires et colorées, dessinant des mouvements ascendants et descendants, en diagonale. La matière sombre est aspirée vers la lumière et la Transcendance.

 '' Yn-Yang '', ( Colette MAGDZIAK ). Deux structures tissulaires se font face , identiques mais de tonalité opposée, blanc/ noir, aux franges transitionnelles. Un globe hétérogène, suspendu, se balance entre les deux, accentuant le vide intermédiaire et confirmant le rôle de juste milieu. L'Idée de dualité, de complémentarité, d'alternance, se prolonge par une morphologie changeante. Une forme oculaire se donne à voir de tous, observant tout un chacun. La finitude de l'œuvre le dispute à la richesse inépuisable du concept. La tradition taoïste se fond dans la Post-modernité.

L'ESTHETIQUE

Elle baigne l'exposition de même que la lumière inonde les œuvres. Décomposons-la en fonction des sujets sur lesquels elle porte , à savoir, les paysages, les représentations, les objets.

LES PAYSAGES semblent issus de la contemplation de la Nature, ce que Kant considérait comme sublime et dans laquelle les sages fondaient leur Spiritualité et les lettrés leur Inspiration. Citons:

 '' Le Mont Fuji dans la brume '' de Biho KONDO, ( 73 ),

 '' Le lac clair...'', de Taiei OHKUBO '', ( 78 ),

 '' Le soleil de Lowland '', de Yoko MATSUMURA, ( 58 ),

 '' Le soir '' de Denis PERUS, ( 175 )

 Les paysages urbains poétisés et stylisés sont à rapprocher de ces derniers:

 '' Paris je t'aime '', de Kojiro AKAGI, ( 227 ) qui a eu le Prix de peinture des ''Amis du Salon d'Automne '' présidé par Jean DESVILLES..

 LES REPRESENTATIONS

 '' Méditerranée ''. Ce vaste tableau de Monique BARONI, (94, 95), se présente comme une fresque musicale fondée sur un accord parfait mineur et des couleurs complémentaires (orange/vert / mauve). La diversité des paysages et des êtres est rassemblée autour et au-dessous de l'unité marine. Les terres brulantes vibrent au premier plan. Les personnages étirés en une arabesque devisent latéralement dans une fraicheur paisible. La lumière, omniprésente rehausse la blancheur des étoffes, l'écume des vagues. Une douceur ardente semble régner sur ces glacis et ces camaïeux, dignes d'un Bonnard. Un seul bémol dans cette harmonie, la présence d'un réseau foncé et crispé, sur son tiers gauche, travaillé par le rouge.

 '' La Sérénade à Rialto'' d'Hervé LOILIER (96),fait penser à l'atmosphère bucolique du ''Concert Champêtre de Giorgione et/ou du Titien, aux aspirations mélancoliques et résignées des''Femmes d'Alger '' de Delacroix, dans leur harem , ainsi qu'aux désirs inassouvis du '' peintre et de son modèle ''. C'est le rêve mythique d'un pont doré entre un passé fabuleux et le présent, l'Etre et le Devenir, fait d'Harmonie et de Beauté.

mythes,le chaos,yn-yang,la psyché,sinthome,noeud boroméen,lacan,le net,groom,magdziak colette,frank le ray,juli,france gallejean desvilles,noël collet,manuel donato diez,michael chauvel,luc-régis gilbert,elisabeth tomczyk-kubiszyn,kojiro akagi

LES OBJETS

 Parmi les nombreuses sculptures qui mériteraient d'être nommées et décrites, Thétis et Osmose retiennent l'attention

 ''Thétis'' Cette sculpture de JULI, faite de matériaux composites ( bronze, verre, bois flotté ), représente une nymphe marine, la mère d'Achille. En fait il s'agit d'une Chimère composée d'une tête de femme, et d'un corps d'ammonite. La symbolique féminine est affirmée par la beauté des courbes et la luminescence du corps spiralé.

mythes,le chaos,yn-yang,la psyché,sinthome,noeud boroméen,lacan,le net,groom,magdziak colette,frank le ray,juli,france gallejean desvilles,noël collet,manuel donato diez,michael chauvel,luc-régis gilbert,elisabeth tomczyk-kubiszyn,kojiro akagi

(Cliquez pour agrandir l'image)

  '' Osmose '' l'artiste, Frank LE RAY qui est également un cavalier transmet sa passion pour sa monture. Le cheval est présenté en buste. La tête étincelle avec sa peau de cuivre épousant une structure de résine bétonnée. Elle est prolongée par une encolure d'acier enrobé. La Nature, l'Homme et le Cheval, sont en symbiose

LA PSYCHE

C'est dans les profondeurs de la Psyché que l'amateur d'art va poursuivre ses recherches dans le Salon d'automne. Voici quelques pistes:

'' Le monde du Désir '' de Tertio NAGAKAWA, ( 76 ), montre un bouillonnement germinatif, enracinement du moteur de la vie.

 - Les fantasmes de Séduction, de Puissance et d'éternité sont suggérés par

le chatoiement spiralé d'une ''Femme dansant au bord d'un lac '', d'Oisans ONO, ( 79 ),

- l'affirmation phallique et futuriste de '' La Tour D2 la Défense '', ( 45 ), du Cabinet d'architecture Antony BECHU,

- la vision sculpturale de la ''Création du Monde '', '' Vagina '' de Marco BENAGLI; ( 250 ),

- la représentation lacanienne, aboutie du '' Nœud Boroméen '', '' Sinthome'' de Françoise GALLE reliant le Réel, le Symbolique et l'imaginaire chez tout un chacun.

 L'illustration de cette vision se retrouve dans le travail de Céline PONS, '' Fantasme '', ( 236 ).

L'OUVERTURE

 sur la diversité culturelle accueillie au Salon nous avons parlé de la Chine et du Japon dans les différents chapitres précédents.

Mais il nous faut aussi évoquer la richesse de l'apport du monde Arabo-Musulman avec l'Égypte et le Qatar avec :

- La représentation ''Expressionniste d'une arabesque scripturale, d' Abel-Fadiel SAMIER, ( 363 ),

- les menaces que font peser des oiseaux de proie sur la Place Tahrir .

L'apport du Brésil nous apporte sa fraicheur et sa spontanéité.

LE FUTUR

Parmi les oeuvres symboliques de cet avenir, un tableau, '' Le Net '', de Kobori REIKO, ( 137 ), fait penser à une oeuvre de Viera da Silva avec ses étranges rayonnages et perspectives. Elle met en scène la Toile Numérique et ses réseaux '' all over '' faits de liens fuligineux quadrangulaires et rayonnants, diffus et concentrés, polycentriques . L'unité et la diversité, l'organisation et le chaos sont dans le champ. L'Espace et le Temps, ont disparu. Un pur concept est là : Instantanéité, Omniprésence, Omniscience.

mythes,le chaos,yn-yang,la psyché,sinthome,noeud boroméen,lacan,le net,groom,magdziak colette,frank le ray,juli,france gallejean desvilles,noël collet,manuel donato diez,michael chauvel,luc-régis gilbert,elisabeth tomczyk-kubiszyn,kojiro akagi

La richesse des différents thèmes abordés par leSalon d'Automne 2011 permet de prendre conscience de l'Ouverture du Comité de Sélection et de son Président, Noël CORET, soutenus par l'inventivité des Artistes. Ce Salon semble apporter une vision nouvelle dans la présentation et la pédagogie de l'Art.

Pouvons-nous retenir l'importance individuelle et civilisationnelle de la recherche de Sens, de La Culture, des Points Harmoniques, c'est à dire d'Ethique et d'Esthétique, malgré les tensions, les affrontements et les souffrances de ce monde?

Pouvons-nous éluder l'approfondissement de l'Humanité, sa Psyché et ses différentes Cultures afin de mieux comprendre la Quête de l'Objet perdu, le Désir de rencontre de l'Autre et la Jubilation de la Connaissance ?