Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/05/2014

Lucio FONTANA L'Enigme des FENTES

Le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris nous dévoile le parcours artistique de Lucio FONTANA, sculpteur, céramiste et peintre qui a exploré la matière, la figuration et l'abstraction et dont les recherches ont abouti à une vision conceptuelle qui doit être comprise par l'Histoire de l'Art, par la Philosophie et la Psychanalyse de l'Art.

Deux cents œuvres illustrent son évolution. L'exposition, thématique donne à voir des sculptures primitives, des céramiques polychromes, et des œuvres conceptuelles.

Cet artiste, considéré comme majeur en Italie, a influencé les avant-gardes européennes puis américaines.

images.jpg

 

Lucio FONTANA est né en Argentine, à Rosario, de père italien, sculpteur. Il le suit dès son jeune âge, en Italie où il passera la majorité de sa vie.

En 1917, il s'engage, volontaire dans l'armée jusqu'à la fin de la Grande Guerre.

Il est formé à l'Académie de Brera par le sculpteur Adolfo WILDT en 1928.

En 1930, il rejoint le groupe ''Abstraction-Création''.

Il se passionne également pour la céramique et collabore avec des architectes.

Il devient peintre en 1940 tout en poursuivant la sculpture.

Il admire l'art baroque et ''le Futurisme de Giacomo BALLA et Umberto BOCCIONI.

Il est séduit par ZADKINE et BRANCUSI.

Il passe la seconde guerre mondiale en Argentine.

De retour à Milan, en 1947, il prend la tête du ''Mouvement Spatialiste''.

En 1949, il commence ses ''Concetti Spaziali''.

En 1958, à la Biennale de Venise, apparaissent sur des toiles des fentes ou coupures, 'ce que les italiens appellent ''i Tagli''* qui constitueront l'aboutissement de sa pensée artistique et auxquels on l'identifiera.

 

15-_fontana.jpg

Les COUPURES : comment les comprendre et pourquoi exercent-t-elles une telle fascination ?

Parler de trous (Buchi) ou de fentes (Tagli) implique plusieurs points de vue et plusieurs modes  de penser :

de l'Histoire de l'Art à la Philosophie :

Lucio FONTANA apporte, grâce aux coupures une étape supplémentaire à l'histoire de l'art. Le XXe siècle a vu une soustraction constante des éléments du tableau aboutissant à une œuvre monochrome avant d'arriver à la toile blanche.

La narration moderniste, indexée sur ''l'Essentialisme'' de HEGEL est orientée vers la fin historique de la peinture et de l'Art. Le geste de L.F., en perçant des trous ou en lacérant un monochrome, accomplit un dépassement du seuil pictural et précipite l'avènement conceptualisé par HEGEL.

 

Mais, plus tard, la vision ''messianique'' de Bernard-Henri LEVY permet d'envisager les ''Concetti Spaziali'' dans la continuité de ''l'Homme Nouveau'', ayant foi au progrès et à la science, tout en incarnant l'homme volontaire tant admiré dans les pouvoirs forts et les dictatures de l'époque.

De la ''Réalité opérationnelle'' au ''Réel'' lacanien

---Les coupures sont objectivables et s'inscrivent dans la réalité d'une toile. Elles ont un pourtour, des bords, des lèvres, une béance.

Cette constatation évoque le mode opératoire par lequel cette effraction s'est faite (poinçon, cutter) et le geste déterminé qui l'a créée.

--- Ces trous, ces fentes permettent de passer de la 2è dimension où ils s'inscrivent sur la toile vers la 3è dimension qui est perçue par le créateur et l'observateur.Le dedans et le dehors communiquent.

Cette mise en jeu de l'espace fait intervenir le regard de l'observateur et l'objet observé.

Ce processus, celui de la ''Camera Oscura'', a été utilisé par les artistes de la Renaissance, puis banalisé dans le procédé  photographique.

 

---Mais, la subjectivité du créateur et du spectateur auquel il s'identifie est en jeu car l'objet qui mérite d'être observé n'est pas anodin.

DÜRER détaille sur sa toile, un nu féminin.

BOTTICELLI choisit avec Paris une des trois grâces.

COURBET identifie l'Origine du Monde

Le désir est bien là, lacérant la toile, faisant émerger le ''Fantasme'', métonymie de l'être.

On pourrait admettre, alors, comme le pense LACAN, que la COUPURE serait le ''Signifiant'' du Désir, place du ''Manque'', prémices de la ''Jouissance'', ouverture sur le Réel, innommable.

 

* i Tagli prononcer '' i ta li '' # Italie ...

 

 

02/05/2012

Christopher WOOL au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris

Ce peintre américain, né à Chicago en 1955, est présenté comme une figure majeure de l'Art Contemporain.

L'objet de sa création est la Peinture Abstraite qu'il approfondit depuis les années 1980, à New York, influencé par l'Art Underground. Il explore les limites de la Peinture Informelle et du Pop-Art auxquels il emprunte les concepts. Une gestuelle expressionniste cotoie une rigueur minimaliste.

Puis, au cours des années 2000, on assiste à une métamorphose, visible dans la trentaine de grandes toiles exposées ici. On observe trois types d'oeuvres composées :

     - de grandes taches noires ou parfois brunes,

     - de traits noirs ou rouges, sinueux, sans commencement ni fin,

     - de zônes brouillées, ayant les caractéristiques précédentes.

Elles méritent d'être comprises et interprétées car elles éclairent le processus de création, résolument moderne.

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

Les différentes techniques utilisées, comme le spray, les images sérigraphiques, la reproduction numérique, permettent de réaliser des juxtapositions, des chevauchements, des recouvrements telles des plaques teluriques . On assiste aussi à tout un travail sur ces ''Images-Sources'', des additions, aggrandissements, recompositions, effacements. Ces thèmes sont repris et développés d'un tableau à l'autre comme une structure génétique en mutation constante.

Une peinture laquée, vient souvent achever l'unité de chaque tableau.

La recherche de sens est beaucoup plus difficile.

Ces tableaux informels suggèrent des tests psychologiques projectifs où chacun peut retouver sa personnalité. Cependant, des assemblages de formes s'opèrent, des structures apparaissent malgrè le caractère aléatoire, chaotique et inconscient du phénomène. Par leur répétition, observable, ces formes échappent en partie à la psyché de l'observateur pour être attribuées à la pensée créatrice de l'artiste.

Les taches : La convergence de celles-ci au fil des séries semble aboutir à la structuration signifiante d'un encéphale, voire de deux hémisphères cérébraux dans une image de ''screen-split''.

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

Les lignes, tortueuses évoqueraient le chemin labyrinthique de la pensée. (J'évoque là, un séminaire de l'EHESS (Ecole des Hautes Etudes des Sciences Sociales) sur ''les graphes et la pensée'' auquel j'ai participé).

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

Les zônes brouillées, véritables palympsestes,font penser à des phénomènes de désintégration et/ou de régénération, peut-être un travail sur la mémoire.

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique

La démarche de Christopher WOOL est extrêmement intéressante à plusieurs titres :

Elle intègre la Liberté de la gestuelle, de la technique et de la pensée.

Elle tend vers une synthèse des pratiques américaines à la conquête de l'Art Abstrait.(Ground Art, Pop-Art, Expressionnisme de Pollock, Art de la Publicité...)

Elle retrouve dans son dernier style les sources de l'Art Européen des années 50, correspondant aux année de naissance de C. WOOL.(DEGOTTEX, HARTUNG, G. SCHNEIDER, FAUTRIER,DUBUFFET, WOLS,G. MATHIEU, SOULAGES).

Une recherche moderne et pragmatique de la création technologique. (Sérigraphie, Numérique).

Une évolution vers la compréhension de la structure pensante afin de prendre la création à sa source et qu'on ne dise pas : « le sujet n'est pas celui qui pense ».

christopher wool,musée d'art moderne de la ville de paris,art abstrait,sérigraphie,underground,pop-art,informels,taches,lignes,numérique