Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/10/2012

PSYCHANALYSE ET CRITIQUE D'ART

Devant une même oeuvre d'art, les regards du critique d'art et du psychanalyste sont différents, ils ne regardent pas les mêmes choses, mais se complètent et enrichissent ce que l'on peut en dire.

Le critique analyse la forme, les couleurs, la composition, la matière et fait une synthèse qui replace cette oeuvre dans l'histoire, l'esthétique, la théorisation et la philosophie de l'art.

Le psychanalyste à partir d'une pratique et d'un non savoir, s'attache à l'exploration de la psyché sous-tendue par une structure de langage. Il se réfère à FREUD et son école pour, dans une position d'écoute et d'accueil, découvrir ce que l'Inconscient de l'artiste a voulu exprimer au-delà et entre les signes et les formes, couleurs et caractèes de son langage artistique.

Et tous deux, confrontant leurs regards différents, témoignent des préoccupations, tensions de l'artiste et de leurs incidences sur sa création, sur l'engagement du sujet de l'artiste, sur son univers esthétique, sur son idéal notamment.

Pour le psychanalyste, l'analyse de la création d'un artiste laisse entrevoir les entrelacs de son psychisme à travers de multiples composantes comme la recherche de significations de l'objet créé, des fantasmes qu'il met en scène, des identifications qu'il évoque, voire d'un processus de sublimation vers un idéal. La position de l'analyste tire sa spécificité d'interroger le non-sens, les ratages,les non-dits, les artéfacts, les blancs : tous lieux où l'inconscient surgit entre les lignes. Cette méthode d'observation s'est imposée à la création artistique sur des plans qui peuvent être illustrés par quelques tableaux célèbres.

LA SUBLIMATION est l'effort de l'artiste pour engendrer une satisfaction pulsionnelle, substitutive par les voies du symbolique. La sublimation est donc l'opération psychique par laquelle le sujet ne se lance pas à la recherche leurrante et pourtant désespérée de l'objet perdu mais qui au contraire a le courage de célébrer sa perte en tant que telle. Pour Lacan, sublimer « c'est élever un objet à la dignité de la chose (perdue) ». Pour FREUD et LACAN, le sujet est un être incomplet, de par l'opération du langage qui le sépare irréductiblement de son objet d'amour. Mélanie KLEIN a pensé que c'est lors du sevrage que cette séparation se produisait. Une dépression lui succédait avec des tendances destructrices envers cette mère ressentie comme ''mauvaise'' par l'enfant.(cf tableaux de Willem de KOONING ,''Woman II''.). La fresque de PICASSO , ''Guernica'' aurait certainement réactivé l'éclatement d'un ''objet-monde-maternel-UN'', brisé, après le bombardement de la ville de Guernica par les allemands en 1937.

LE SYMBOLE : Pour réparer l'objet perdu, un travail de deuil préalable serait nécessaire avant de le restaurer dans une symbolisation. L'assomption de la séparation d'avec la mère et le renoncement au fantasme originel ouvriraient les chemins de la sublimation. L'élaboration symbolique est la caractéristique de l'art ( restauration de la représentation de la mère dans ''la joconde'' de Léonard de VINCI cf blog).

Pour Hanna SEGAL, le plaisir esthétique correspond en grande partie, à l'identification de l'artiste qui a surmonté cette épreuve.

LE MANQUE A ETRE, l'OBJET PERDU : Tel qu'il s'instaure de l'essence du signifiant, est à la source du désir, moteur de la jouissance et de la vie. De nombreux tableaux explicitent cela :

''Sainte Cécile'' et ''Sainte Agathe'' de ZURBARAN présentant leurs yeux et leurs seins, liés à leur martyr, sur un plateau.

''Pigmalion'' de GIRODET, amoureux de Galathée, une statue qu'il a façonnée et à laquelle il lui sera permis de s'unir car le mythe l'a transformée en chair.

''Le peintre et son modèle'' de PICASSO. On sait que ses modèles sont devenus ses compagnes.

''L'écuyère'' de TOULOUSE-LAUTREC qui représente à la fois son manque à être et un objet de désir.

LA METHODE PSYCHANALYTIQUE : Or il s'est avéré que les créations métaphoriques des oeuvres d'art viennent elles aussi de l'inconscient, elles sont elles aussi des formations de l'inconscient, témoignant donc du retour du refoulé, au même titre que les symptômes, les rêves, les actes manqués, les traits d'esprit ; le psychanalyste trouve là un champ clinique approprié.

Cette méthode s'est imposée à la création artistique sur un double plan :

...Dans l'interprétation des rêves, on note la correspondance entre le mécanisme de ''déplacement'' et la notion de ''métaphore'', celui de ''condensation'' et celle de ''métonymie''. ''L'inversion'' est habituelle et significative chez BASELITZ qui figure ses personnages la tête en bas.

...Dans le Mouvement Surréaliste, les représentations de DALI, Max ERNST, MIRO, semblent directement et librement issues de leur inconscient, en une succession d'images comme autant de manifestations oniriques, d'une manière analogue à la ''libre association d'idées'' de la psychanalyse.

Cela fait dire à C.G. JUNG, en généralisant, que le peintre n'est pas seulement l'objet de manifestations cathartiques, mais qu'il continue à rêver , un pinceau à la main.

Quelques tableaux célèbres illustreront cette perception :

''Une seconde avant l'éveil''où deux tigres bondissent sur une femme nue dormant sur la banquise,(Salvador DALI).

''Le hasard est le maître de l'humour'', (Max ERNST).

''Le carnaval d'arlequin'' où MIRO donne libre cours à son imagination.

LES FANTASMES sont des scénari imaginaires figurant la réalisation des désirs qui nous accompagnent régulièrement dans la vie quotidienne. Ils alimentent la vie psychique (Mélanie KLEIN).

Les fantasmes primordiaux, de ''séduction'', de ''castration'', de la ''scène primitive'', de ''l'enfantbattu''ont inspiré de nombreux artistes :

Ces derniers sont souvent liés comme ''dans ''la danse de Salomé'' devant Hérode Antipas .Elle a abouti à la décapitation de Saint Jean Baptiste (Maurycy GOTTLIEB).

De même, le viol de la femme peintre de la Renaissance, Artemisia GENTILESCHI lui a fait réaliser un tableau vengeur,''Judith décapitant Holopherne''.

''La tempête'' de GIORGIONE a rassemblé ces fantasmes(cf blog).

L'angoisse de mort a été largement exprimée, dans :

L'anamorphose d'un crane du chef d'oeuvre d'OLBEIN, ''Les ambassadeurs''

Les vanités des maîtres flamands,

Les cauchemars de GOYA, ses ''Dos e Tres de mayo''

La série des ''Pape hurlant'' de Francis BACON s'inspirant de VELASQUEZ.

''Le cri'' de MUNCH retentit encore jusqu'à nous.

CORRELATIONS ENTRE LA VIE ET L'OEUVRE 

Sans parler de déterminisme prédictif, on ne peut que les suspecter a posteriori.

LES TRAUMATISMES INFANTILES ont été recherchés pour comprendre la thématique d'oeuvres d'art :

René MAGRITTE, (1898-1967), peintre belge a été particulièrement étudié par Jacques ROISIN. Il a été marqué par la découverte en 1912, de sa mère noyée dans la Sambre, une chemise de nuit blanche recouvrant son visage et laissant voir son sexe. Le suicide de la mère serait un''souvenir-écran'' pour ce psychanalyste. Il serait à l'origine de nombreuses peintures à la figure voilée, l'occultation du visage par un objet , une pomme, une tête de mort, une boule de lumière.

La poésie, le silence, ''le mystère du monde'', l'indicible, sont présents dans ses chef-d'oeuvres comme''Les eaux profondes'', ''La mémoire'', ''Le promeneur solitaire'', ''l'empire de la nuit''.

Pour Maurice CORCOS, un autre psychanalyste, sont mis en relation, dans le cas Magritte, l'objet manquant, la mère, et la mélancolie.

LE DESIR DE L'AUTRE : Le désir du sujet est le désir de l'Autre, c'est l'enseignement de l'inconscient.

Vincent Van GOGH porte le prénom d'un frère ainé décédé. Cet enfant de substitution s'inscrit dans une lignée rigide dont il représente l'honneur familial. Ce moi sacrificiel, accepté, l'entrainera vers une vie sans joie, une conduite d'échec, une castration symbolique puis la mort.

Salvador DALI , c'est également le prénom d'un frère mort ainsi que celui d'un père autoritaire. Cela éclairerait un peu mieux son désir rebelle d'exister et de s'affirmer par toutes sortes de provocations. Cela permettrait de mieux comprendre certains tableaux où l'angoisse de mort est visible, ainsi que le démontre la thèse de Patrice SCHMITT.

Francis BACON : Les interférences d'un père ''toxique''et meurtrier sur les perversions de F. BACON et ses oeuvres angoissées et poignantes ont été bien analysées par Maurice CORCOS.

L'APPORT DE DIVERS PSYCHANALYSTES au sujet de l'art.

L'étendue de la contribution de FREUD et de son école, celle de Mélanie KLEIN et de sa disciple, Hanna SEGAL sur la création artistique a été entrevue.

Il faut citer l'influence de FERENCZI et surtout celle de C.G.JUNG qui a créé un courant psychologique plus imaginatif en voulant intégrer la pensée orientale avec ses concepts d'Inconscient Collectif et d'Archétype,inspirant de nombreux artistes.

LACAN , prolonge avec audace la pensée freudienne. Il conceptualise un tryptique, le Réel, leSymbolique et l'Imaginaire réunissant les mécanismes de la psyché. Le Réel est sa clé de voute. Il correspond à l'innomable, l'impensable, où, sous le couvert de l'éternité, sont représentés en creux la notion d'Unité et de Divin.

AUTOUR DE L'ESTHETIQUE 

La psychanalyse, ce qui a été déjà pressenti, a essayé de préciser la fonction et la notion de Beau et de Laid.

LA LAIDEUR correspondrait à l'objet détruit, arythmique exprimant l'état du monde en dépression, en relation avec l'instinct de mort.

LA BEAUTE serait la plénitude, le rythme, l'expression de l'instinct de vie. L'oeuvre d'art est celle qui soumet la mort à la vie. La beauté éveille le désir, réactive les fantasmes, parfois terrifiants.

LE REGARD est impliqué dans la peinture. Sa limite, c'est le point aveugle du sujet, d'où ils'origine, l'objet manquant, le manque à être. La représentation de la toile en reste aux fantasmes de l'artiste. C'est un trompe l'oeil. L'art vise l'impossible dans un leurre. La psychanalyse nous introduit à ce point originaire, support de la vie, d'un reste Réel inaccessible au discours.

La psychanalyse qui,selon les psychanalystes estla pratique et l'art du ''ratage'', révèle l'impuissance de toute création à satisfaire l'artiste de son désir de toute puissance en lui restituant la conscience de ses limites, de son illusion et la plénitude de sa solitude et les affres de la liberté.

En affirmant que le savoir est du côté du sujet, ici, l'artiste, le psychanalyste peut apporter les nuances d'un éclairage supplémentaire à la pluridisciplinarité du critique d'art tout en dialectisant des concepts dans la visée de mieux comprendre l'homme qui affleure sous les habits de l'artiste et de ses oeuvres.

30/03/2010

Marie-france PLEISSIER, une artiste peintre à découvrir.

Marie-France PLESSIER

 

Née en 1957,.elle vit et travaille à Montmorillon, en Poitou-Charente.

Son existence est parsemée d'obstacles traumatisants dont elle garde des séquelles.

Son parcours artistique lui permet de prendre le dessus, grâce, notamment à la peinture qui est au centre de sa vie. Son naturel franc et généreux, son humour sont des traits de sa personnalité.

 

De très nombreux Prix et Trophées sont venus couronner des expositions multiples:

Le Prix Vincent Van Gogh-Biz-Rome 2007

Les Trophées de La Culture Medusa-Aurea-Rome 2007-2008

Le Concours de La Fondation Taylor-Paris 2008

Le Mérite Artistique de la Ville de New York

Le Grand Prix International Rembrandt 2010 de Florence

Le Mérite Culturel Français 2010, etc...

 

La description des oeuvres emblématiques permet de mieux comprendre ses préoccupations et les solutions qui s'ouvrent à elle.

Mademoiselle ou le Poisson-Ange: Le fond est d'encre, comme celui des abysses marins ou des espaces intersidéraux. Flanqué d'une paire d'aile ou de nageoires, un être étrange, saphir et or, chimère d'un poisson et d'un ange, plonge dans la diagonale descendante. Son oeil droit, globuleux, nous interroge sur notre essence et notre devenir

Poisson-Ange.jpg

Complicité: Deux visages rapprochés, font converger leur regard vers nous.Des éléments végétaux éclatés les couronnent et les structurent. Deux paires d'yeux noirs quémandent notre compréhension et notre affectivité.

Photo DVD 102 Masques divers ++++ MFP.jpg

Venise d'or: Des gondoles, noir et or, se découpent majestueusement sur le Canal scintillant. La Basilique ruissèle de lueurs byzantines. Les barques et les pieux se dressent, immobiles, vers la coupole auréolée.

P1010602_modifié-1-1 Venise d'or ++++.jpg

Partout et Ailleurs: Des structures vermiculaires entourent des entrelacs bleutés, dans une surface sans commencement ni fin. La matière est composite et riche, l'évocation polysémique, tissulaire, féminine, cadastrale. La Création et la Destructuration s'affrontent, espérance d'unité dans le multiple.

P1010953_modifié-1 LES MYSTERES DE LA NUIT MFP.jpg

La Tour de Pise: Incertaine, lactescente, sans fondement, elle sélève dans l'azur, telle une montgolfière. Des lignes discontinues dessinent des étages en spirales. Des idéogrammes humanoïdes la chargent d'histoire

L'Homme qui croyait être le Christ :Sur un arrière plan noir, la tête d'un homme surgit de profil,tournée vers la gauche et le passé. Il est livide, marmoréen, couronné d'épines blanchâtres. Son oeil, traduit une souffrance indicible. De sa couronne suinte un filet de sang. Nous comprenons qu'ils'agit de Jésus et de sa passion. Nous sommes pris dans le vertige de la compassion et d'un questionnement ontologique.

P1020022_modifié-1 ++++ Christ MFP.jpg

Le Masque Vénitien associe Byzance au Japonisme

P1020395 Masque vénitien.jpg

L'analyse des éléments signifiants nous éclaire déjà sur les préoccupations de l'artiste.

Les fonds acquièrent une grande importance. Obscurs pour la plupart, ils illustrent les côtés sombres de la vie. La lumière en ressort d'autant mieux. Les lignes de ses visages sont nettement identifiables, mais celles de ses monuments sont discontinues, hiéroglyphiques, labyrinthiques. Les couleurs, sous forme de taches, se recouvrent en glacis. Les tons sont parfois contrastés, distordus comme en un mirage halluciné. La matière, pigmentaire, est rutilante: bronze, argent, or, lapis-lazuli, cobalt, enrichie parfois de céramique. Les formes sont oniriques.

 

La recherche de sens de cette oeuvre? Marie-Franc Plessier le dévoile lorsqu'elle parle de ses recherches sur la schizophrénie qu'elle intègre : Le morcellement des lignes, des volumes et des êtres, le manque d'enracinement des monuments et des sujets, les manifestations d'angoisse devant la solitude et la mort, la prépondérance de l'onirique et de l'irréel. L'expression de la Résilience et de l'élan vital sont à l'œuvre dans le désir de comprendre le passé et de rechercher des repères, l'envie de sortir de soi pour aller vers autrui et les civilisations antiques, malgré les ruines et les blessures.

Elle aspire à la spiritualité et à des valeurs sacrées.

La Sublimation esthétique permet le dépassement du manque à être, vers plus de Lumière et de Beauté. L'amateur d'art, se réjouit de la victoire morale de l'artiste et apprécie l'œuvre qui lui est proposée.